Process Alimentaire / Qualité / Les salades de fruits Fructofresh interdites en France

Qualité

Les salades de fruits Fructofresh interdites en France

Marjolaine Cérou |  6 Février 2017 | 

D'après Le Monde, l’entreprise polonaise Fructofresh ajouterait un additif alimentaire prohibé par la réglementation dans ses salades de fruits frais. Leur commercialisation a été interdite par le tribunal de commerce de Créteil.

L'édition du 27 janvier du Monde épingle l'entreprise polonaise Fructofresh pour l'utilisation d'un conservateur de synthèse interdit par la réglementation dans ses salades de fruits frais. La société dont les produits sont distribués par Pomona en France, utiliserait en effet le dicarbonate de diméthyle (DCDM), connu également sous le nom E 242. Outre la mise en avant de de ses certifications International Food Standard (IFS) et British Retail Consortium (BRC) sur son site Internet, Fructofresh insiste sur « la production de salades de fruits naturelles, sans ajout d'additifs, avec une date limite de consommation de 14 jours ».

Un conservateur uniquement autorisé dans les boissons alcoolisées

Le dicarbonate de diméthyle est connu pour ses propriétés de conservation et pour son action contre les moisisssures et les bactéries. Son utilisation est uniquement autorisée dans certaines boissons alcoolisées, avec un seuil maximal fixé à 250 mg/L, par le règlement (UE) n°1166/2012 de la Commission du 7 décembre 2012, qui modifie l’annexe II du règlement (CE) n° 1333/2008 du Parlement européen et du Conseil. L'additif sert lors de la stérilisation à froid des boissons, ce qui restreint le recours à la pasteurisation et favorise une conservation effective sans altérer la saveur ou le goût. S'il est interdit dans les autres matrices, c'est parce que, une fois absorbé, le conservateur est hydrolysé en dioxyde de carbone et en méthanol. Et ce dernier peut s'avérer toxique à forte dose, alors qu'il va réagir avec d'autres constituants présents dans les boissons et former par exemple du carbonate de diméthyle sans aucun résidu.

Le dicarbonate de diméthyle a été évalué en 2001 par le comité scientifique de l'alimentation humaine. Puis, réévalué en 2015 par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Si les experts l'ont considéré sans danger en tant qu'additif dans les boissons alcoolisées, ils ont stipulé qu'une évaluation serait requise pour toute autre utilisation.

En attendant le jugement, la commercialisation des salades de fruits frais Fructofresh a été interdite par le tribunal de commerce de Créteil le mercredi 1er février.