Process Alimentaire / Qualité / Lubrifiants. Ce qu’il faut savoir sur les homologations

Qualité

Lubrifiants. Ce qu’il faut savoir sur les homologations

Fanja Razafinjoelina |  14 Décembre 2010 | 

Les lubrifiants n’étant pas soumis à une réglementation européenne, les fabricants se sont tournés vers la législation américaine. Les substances chimiques qui peuvent être utilisées dans la formulation des lubrifiants sont répertoriées dans la liste positive du Code des règlements fédéraux (CFR). Les lubrifiants sont classés en fonction de leur risque sur les produits, par le biais de la liste de leurs matières premières. Ils sont alors subdivisés en trois catégories H1, H2 et H3 (cf. encadré). En 1998, l’USDA (United States department of agriculture) a stoppé son homologation des lubrifiants. Deux ans plus tard, l’organisme certificateur NSF a repris le flambeau en adoptant les mêmes procédures.

NSF White book et Iso 21469

La liste des produits conformes à ces directives figure dorénavant dans le « NSF White book ». Plus récent et moins connu, l’InS Services est un organisme européen qui concurrence son homologue américain depuis 2009. « 80% de nos clients se satisfont de ce référentiel », témoigne Didier Marelle, responsable industriel du groupe Orapi. Ce fabricant de nano-lubrifiants propose 25 produits InS H1 contre 15 produits NSF H1. Publiée en 2006, la certification Iso 21469 porte sur les exigences d’hygiène applicables aux lubrifiants pouvant rentrer en contact fortuit avec les aliments. Elle est utilisée depuis 2008. NSF International a été le premier organisme certificateur. Depuis, l’InS Services délivre également la certification. L’Iso 21469 encore méconnue.

Cette norme, d’approche filière, remonte jusque chez les fournisseurs pour savoir comment sont maîtrisés les risques de contaminations croisées via une approche méthodologique type HACCP (cf. Process Alimentaire, avril 2009 p. 86-87). Elle est réalisée par usine sur une liste de produits. Christol Grease est le seul fournisseur, en France, à avoir fait certifié des produits Iso 21 469 par l’organisme NSF. « Nous avons débuté la certification Iso 21 469 en février 2009 et nous en comptons aujourd’hui 18. Les clients sont sensibles à sa mise en place car c’est un gage de sécurité. Avec cette nouvelle garantie, de nouveaux clients se sont tournés vers nous », assure Frédéric Gourier, responsable QHSE (2) et R & D de Christol Grease. Pourtant, la norme n’a pas encore passé la porte de tous les industriels. « Sur le terrain, cette norme reste méconnue des services de maintenance, illustre Cédric Travaillé, consultant-formateur à l’Adria Développement. Au quotidien, ils réclament toujours les homologations H1 ».