Process Alimentaire / Qualité / Origine des viandes et du lait : un délai de trois mois accordé

Qualité

Origine des viandes et du lait : un délai de trois mois accordé

Marjolaine Cérou |  3 Janvier 2017 | 

L'étiquetage de l'origine du lait et des viandes dans les plats préparés est entré en vigueur le 1er janvier 2017. Un délai de trois mois a été accordé aux entreprises.

Comme précisé dans le décret n° 2016-1137 du 19 août 2016, l'étiquetage de l'origine des viandes dans les plats préparés, du lait dans les bouteilles et briques et du lait dans les produits laitiers est devenu obligatoire depuis le 1er janvier 2017. Un délai de trois mois a été accordé aux industriels qui ont jusqu'au 31 mars prochain pour se mettre en conformité et pour écouler les produits déjà étiquetés afin d'éviter tout risque de gaspillage.

Pour rappel, deux seuils ont été fixés pour la mise en place de l'étiquetage de l'origine. Il est obligatoire dès que :

  • la part de viande est égale ou supérieure à 8% du poids d’un plat préparé ;

  • Concernant les produits laitiers, l'origine devra être mentionnée si la part de lait est égale ou supérieure à 50%.

De plus, les informations suivantes devront être indiquées sur les emballages : les produits les pays de naissance, élevage et abattage des animaux pour la viande ou bien de collecte ainsi que de conditionnement ou de transformation pour le lait. Lorsque l’ensemble des opérations se sont déroulées dans le même pays, la seule mention « origine : (nom du pays concerné) » peut apparaître.

Pour rappel, les produits laitiers concernés sont les suivants :

  • Lait et crème de lait, non concentrés ni additionnés de sucre ou d’autres édulcorants ;

  • Lait et crème de lait, concentrés ou additionnés de sucre ou d’autres édulcorants ;

  • Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d’autres édulcorants ou aromatisés ou additionnés de fruits ou de cacao ;

  • Lactosérum, même concentré ou additionné de sucre ou d’autres édulcorants ; produits consistant en composants naturels du lait, même additionnés de sucre ou d’autres édulcorants, non dénommés ni compris ailleurs ;

  • Beurre et autres matières grasses provenant du lait ; pâtes à tartiner laitières ;

  • Fromages et caillebotte.

Cette mesure est mise en place dans un premier temps à titre expérimental pour une durée de deux ans.