Process Alimentaire / Qualité / Securi-Dial détecte simultanément sept pathogènes

Qualité

Securi-Dial détecte simultanément sept pathogènes

Marjolaine Cérou |  7 Avril 2015 | 

Porté par la société Dendris, le projet Securi-Dial donne la possibilité de détecter simultanément sept pathogènes.

Chaque année lors de son assemblée générale, le Pôle Agri Sud-Ouest récompense un projet labellisé via le Prix des lycéens. C'est ainsi que Securi-Dial, porté par la société toulousaine Dendris, spécialisée dans le développement d'outils de diagnostics biologiques pour la santé, a été distingué lors du printemps d'Agri Sud-Ouest innovation qui s'est tenu le 26 mars dernier à Gradignan.

Particularité de la solution : elle mise sur le multiplexe pour détecter sept espèces de pathogènes (Salmonella spp, Listeria monocytogenes, Staphylococcus aureus, E. coli, Yersinia enterolitica, Bacillus cereus, Shigella spp). « L'intérêt est de vérifier la présence ou l'absence de ces pathogènes à partir d'un seul échantillon, à la différence des contrôles unitaires qui vont nécessiter un échantillon pour chaque espèce», commente Michel Corbarieu, président de Dendris.

Commercialisation planifiée en 2016

Pour ce faire, la technologie repose sur l'utilisation de biopuces et sur l'hybridation des brins d'ADN. « Notre objectif était au départ de développer un milieu de culture, mettre en place les conditions d'extraction, l'étape de PCR et les puces à ADN (DendrisChip) », explique-t-il. Les tests ont été effectués sur des souches de référence pour avoir des signatures types. « Aujourd'hui, nous travaillons sur des matrices réelles issues de souches industrielles pour pouvoir comparer nos résultats avec les méthodes déjà homologuées », détaille Michel Corbarieu. « Cela permet de gagner en temps de manipulation, ce qui multiplie les coûts et les temps d'acquisition des résultats », poursuit-il. Le dispositif permet ainsi d'avoir des résultats en moins de 48 heures, au lieu de trois à quatre jours pour des méthodes plus classiques. La fin du projet est prévue pour le mois de mai. La commercialisation est d'ores et déjà planifiée pour 2016.

Labellisé par le Pôle Agri Sud-Ouest en 2010

Labellisé par le Pôle Agri Sud-Ouest en avril 2010, ce projet a été financé dans le cadre du 10ème appel à projet du Fonds Unique Interministériel et réunit quatre partenaires, dont deux laboratoires de recherche publique (Insa Toulouse et Centre Pierre Potier) et deux dédiés au contrôle alimentaire (A.Bio.C et Laboratoire des Pyrénées et des Landes).

Depuis 2007, le Pôle Agri Sud-Ouest regroupe les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées. Il compte 327 adhérents dont 228 entreprises et a développé 331 projets labellisés ou agréés pour un montant total de 737 millions d'euros dont 291 millions d'euros de subventions sollicitées et 114 millions d'euros de subventions obtenues. A l'occasion de son Assemblée générale, le Pôle organise le Prix de Lycéen. L'objectif : les porteurs de trois projets labellisés et sélectionnés présentent leur travail à des étudiants de l'Ensat de Toulouse. Ces derniers vont à leur tour présenter les projets dans une vingtaine de lycées. Les lycéens sont alors chargés d'élire le lauréat.