Process Alimentaire / Sommaires / Sommaire de février 2010 - n° 1267

Sommaire de février 2010 - n° 1267

16 Février 2010 | 

Editorial

François Morel, rédacteur en chef

Ça carbone

Le développement durable génère de multiples initiatives, telles que le Prix Process Alimentaire. L’effet Grenelle ne s’est donc pas estompé. Il y a une prise de conscience générale, aussi bien par les entreprises que par les consommateurs. Mais la démarche reste encore désordonnée et les contours de l’application un peu flous, comme en témoignent la volte-face sur le photovoltaïque et le recalage de la taxe Carbone. Les politiques peinent à suivre la machine technique environnementale.

Or les échéances se rapprochent. Les débats du Grenelle 2, ont repris à l’Assemblée nationale début février. On en attend une nouvelle dynamique. Mais en « deux ans de retard, souligne France Nature Environnement (FNE), les mentalités ont évolué, les technologies se sont démocratisées… » Pour avancer aujourd’hui, il faut une vision nouvelle : ne pas faire du « green washing » à bon compte, sanctionner les discours publicitaires trompeurs… Outre la volonté politique, il faut une méthode.

C’est le moment « d’allumer une lampe verte dans l’entreprise ». D’autant que cette nouvelle approche touche tous les niveaux de fonctionnement, et que l’agroalimentaire a tout pour réussir dans cette démarche. Le principe est identique à celui d’une démarche qualité : PLAN-DO-CHECK-ACT. On peut y voir aussi une similitude avec le développement de la traçabilité, il y a quinze ans.

Le temps presse, car l’étiquetage environnemental deviendra obligatoire à partir de 2011, pour les entreprises de plus de 500 salariés. Mais la raison principale est qu’une majorité de consommateurs (80 % d’après Greenext) sont en attente d’informations à ce sujet. Une consommation de proximité est en train d’émerger : il faut s’attendre à ce que le consommateur arbitre entre le prix (en euros) et l’empreinte écologique (en équivalent CO2). L’exemple des attaques subies par les filières bovines doit servir d’alerte. Le « Bilan carbone » s’impose aussi, a raison de rappeler FNE, comme moyen de « faire passer les clignotants de la crise du rouge au vert ».