Process Alimentaire / Sommaires / Sommaire de janvier 2010 - n° 1266

Sommaire de janvier 2010 - n° 1266

27 Janvier 2010 | 

Editorial

François Morel, rédacteur en chef

Réhabiliter le collectif

Nouvelle année oblige, chacun y va de sa petite phrase ou de son analyse. Le Centre de Prévision de l’Expansion est optimiste. Il prévoit une embellie en 2010, toutes proportions gardées et avec des situations très variables suivant les secteurs. Le pronostic pour l’agroalimentaire, qualifié de « secteur solide », est une activité en hausse de +1 %. C’est la troisième industrie la mieux placée, après la pharmacie (+ 2 %) et les métaux ferreux (+10 %). Pour autant, la France n’est pas sortie totalement des effets de la récession de 2009.

L’agroalimentaire va devoir résister à la poursuite de la pression sur les prix. D’après l’enquête du Crédoc, réalisée au cours de l’été 2009 pour le ministère de l’Agriculture et de la Pêche, le prix reste le premier critère de choix d’un magasin (36,2 % en premier choix). Une évolution sans surprise qui bénéficie aux supermarchés et aux hypermarchés, dont la fréquentation est en hausse (69,2 % en 2009 contre 66,2 % en 2008). Mais l’arbitrage par le porte-monnaie peut être un danger pour l’avenir des produits de qualité qui intègrent davantage de main d’œuvre et de valeur ajoutée. Inquiétude donc sur l’aval, mais aussi sur l’amont.

Les industries alimentaires vont être confrontées, tôt ou tard, à des problèmes de recrutement. « 70 % des jeunes, nous dit l’enquête Observia, n’envisagent pas de travailler dans l’agroalimentaire ». En cause, un problème d’image qui pourrait être dû à son lien avec l’agriculture plus que jamais en crise. Rendre notre secteur attractif, est une des priorités de l’Ania. En prenant la mesure du changement d’époque.

A l’heure de la mondialisation, du stress au travail et des priorités environnementales devenues le nouveau moteur de l’économie, il faut, comme le déclare Jean Boissonnat, une vision nouvelle. « C’est le bon moment pour réhabiliter le politique et retrouver le souci du collectif ». Après les turpitudes entre l’Adepale, l’Ania et le Medef, l’agroalimentaire, hélas, en prend mal le chemin !

Toute l’équipe de Process Alimentaire vous souhaite une bonne et heureuse année 2010.