Emballages

Covid-19 : Malgré les appels des fabricants d’emballages, la directive Single Use Plastics ne sera pas reportée

20 avril 2020 - Karine Ermenier

Dans une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, l’association European Plastics Converters (EuPC) plaide pour un report d’au moins un an de la mise en œuvre de la directive Single Use Plastics en raison de la crise du Covid-19. Et demande même la levée des interdictions portant sur certains plastiques à usage unique. Mais l’Europe n’entend pas faire machine arrière.

Y aura-t-il un avant et un après crise du Covid-19 sur le sujet des emballages ? C’est ce qu’espèrent bon nombre de fournisseurs en cette période où le rôle qu’assurent les conditionnements, en plastique notamment, dans la protection sanitaire des produits alimentaires et médicaux apparaît comme une évidence. C’est pour cette raison, mais également pour ne pas ajouter de pression supplémentaire à des entreprises qui subissent déjà une importante crise économique, que l’association des principaux convertisseurs de plastique européens – l’EuPC – a demandé début avril à ce que la directive Single Use Plastics (SUP) soit reportée d’au moins un an. De façon, également, à donner à tous les États membres de l'Union Européenne plus de temps pour se concentrer sur des mesures qualifiées de « plus urgentes » dans la lutte contre le Covid-19.

Dans une lettre ouverte adressée à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, Renato Zelcher et Alexandre Dangis – respectivement président et directeur général de l’association – ont ainsi invité les instances européennes à « reporter la date limite de mise en oeuvre de la SUP d’au moins un an et de lever toutes les interdictions portant sur certains articles en plastique à usage unique. Car ces plastiques ne sont pas facilement substituables, en particulier pour ce qui est de conserver les mêmes propriétés sanitaires». En contrepartie, l’EuPC garantie que ses adhérents continueront à travailler sur les aspects de circularité avec toute la chaîne de valeur. Et qu’ils tiendront les objectifs de 10 millions de tonnes d'utilisation de matériaux recyclés entre 2025 et 2030. 

La Commission s'engage à faire respecter les délais

Mais la Commission Européenne ne semble pas l’entendre de cette oreille. "La position de la Commission reste que les délais prévus par la législation européenne doivent être respectés", a déclaré Vivian Loonela, porte-parole de la Commission européenne pour les questions environnementales, interrogée à ce sujet. "Les États membres ont encore un an pour transposer la directive SUP en droit national", a-t-elle précisé. De quoi, en revanche, rassurer les ONG qui s’effrayaient, de leur point de vue, à l’idée de voir les avancées obtenues en matière de lutte contre la pollution des plastiques déjà partir en fumée.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois