Logistique

Des entrepôts multi-enseignes et multi-industriels à l’étude pour 2020

19 janvier 2015 - Karine Ermenier

Ce modèle d'ultra-mutualisation permettrait de réduire de 20 % les coûts logistiques et de 50 % la valeur des stocks.

Imaginons que Nestlé, Danone, Yoplait, Rians, Carrefour, Auchan, Leclerc, Intermarché - pour ne citer qu'eux et de façon tout à fait aléatoire - partagent le même entrepôt sur une zone de chalandise. A l’horizon 2020, c’est bien ce qui pourrait se passer dans une dizaine d’entrepôts selon le modèle inédit « d’ultra-mutualisation » imaginé par ECR France. Celui-ci a été conçu par les distributeurs, les industriels de l’agroalimentaire et les prestataires logistiques réunis au sein de cette organisation qui rassemble près de 90 entreprises (dont l'ensemble de la distribution française). Son but : rendre les systèmes d’échanges plus efficients et moins coûteux.

Réduction de 50 % de la valeur des stocks

« Ce nouveau modèle d’ultra-mutualisation qui a nécessité 8 mois de travail collaboratif, prône la mise en place d’une dizaine d’entrepôts régionaux partagés multi-distributeurs et multi-industriels, explique Xavier Hua, délégué général d’ECR France interrogé par Process Alimentaire. Cela permettrait de distribuer une ou plusieurs catégories de produits sur l’intégralité des points de vente d’une zone de chalandise, quelle que soit l’enseigne. »

Une simulation réalisée dans le Sud-Est avec les flux réels de quatre groupes de distribution différents sur les activités d’épicerie sucrée et salée prouve que ce modèle pourrait permettre de :

- réduire de 50 % la valeur des stocks,

- d’économiser 53 500 trajets en camion,

- d’abaisser la consommation de Co2 de 34 500 tonnes,

- d’économiser 12,1 millions de litres de gazole,

- de réduire les délais de livraison.

A l'heure où toute la chaîne logistique peine à dégager de la marge, toutes ces économies seraient bonnes à prendre ... Et même si l'écotaxe a été reportée sine die, il est clair que les réglementations environnementales ne vont faire que se durcir en Europe. D'où le double intérêt, économique et écologique, d'optimiser les flux.

Passer de 100 à 10 entrepôts livrés

Ce modèle d'ultra-mutualisation vise ainsi à massifier les flux en vue d’optimiser les palettes et de générer un maximum de livraisons des magasins par camions complets. Cela permettrait de supprimer des points de stockage intermédiaires devenus redondants : de plus de 100 entrepôts actuellement livrés à une dizaine pour une même catégorie de produits.

Ce schéma directeur complètement inédit, qui n’en est encore qu’au stade de projet, remet en question beaucoup de fondamentaux actuels et soulève plusieurs questions que Process Alimentaire a posées à Xavier Hua, délégué général d’ECR France.

Retrouvez l'interview de Xavier Hua dans Process Alimentaire de mars 2015.

ECR France est un organisme paritaire qui rassemble les décideurs des industriels, distributeurs et prestataires logistiques du secteur des produits de grande consommation, alimentaires et non-alimentaires. Il comprend 90 adhérents.

Parmi les distributeurs : Auchan, Carrefour, Casino, Cora, Intermarché, Leclerc, métro, Schiever, Système U

Parmi les industriels : Barilla, Blédina, Bongrain, Coca-Cola, Danone Eaux - Danone Produits Frais, Eckes Granini, Euralis, Ferrero, Findus, Fromageries Bel, General Mills, Haribo, Heineken, Lesieur, Lindt & Sprüngli, Mc Cormick, Maison du Café, Mars, Meralliance, Mondelez, MWBrands, Nestlé, Orangina Schweppes, Panzani, Pernod Ricard, Procter & Gamble, Rians, Sodiaal, Unilever, Yoplait

Process Alimentaire - Abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois