Emballage

Espace « Usine agroalimentaire du futur » : cap sur l’emballage de demain

2 mars 2016 - Karine Ermenier - Pierre Christen

Sur l'îlot 3 dédié aux emballages intelligents et connectés, EtikOuest présentera ses solutions d'étiquetage RFID tandis que deux intégrateurs, Sense You et Picdi, montreront comment adapter la RFID (matériel+logiciel) à chacune des problématiques d'entreprise. Ceci aux côtés de l'Institut Maupertuis qui dévoilera son "démonstrateur d'emballages intelligents".

Après l’efficacité énergétique l’année dernière, la cinquième édition de l’« Usine agroalimentaire du futur » animée par Bretagne Développement Innovation (BDI) et le pôle de compétitivité Valorial a pour thème les tendances et les solutions en matière d’emballage. « Une évidence du fait de la place occupée par le secteur dans le salon CFIA et du fait de son rôle majeur en tant que première interface avec le consommateur », commente Jean-Paul Simier, directeur filières alimentaires à BDI. Mais aussi car « réfléchir à l’emballage de demain, c’est embrasser pleinement les démarches d’innovation collaborative, ouvertes aux équipementiers, fournisseurs d’emballages, sociétés de conseil, de valorisation des coproduits, logisticiens, distributeurs, etc. » souligne Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial.

Conçu notamment avec les centres techniques bretons, l’espace situé hall 10A sur 120 m² (stand G4-H3) va être organisé en cinq îlots, représentant des étapes clés du cycle de vie des emballages, de la conception au recyclage. « C’est une façon de répondre aux enjeux environnementaux, sous l’effet conjugué de la baisse des ressources en énergie fossile, d’une utilisation moins dépendante du pétrole ou encore de la nécessité de valoriser les sous-produits », souligne Jean-Paul Simier.

C’est aussi une opportunité de montrer que l’agroalimentaire est une industrie innovante, ce qu’illustre le croisement des savoirs-faire avec le numérique à l’instar de l’application mobile d’E-Mage-In 3D.

Ilot n°1. Eco-conception : des bioplastiques issus d'eaux de lavage.

Avec l'interdiction prochaine des sacs plastiques jetables et de la vaisselle plastique à usage unique, un consortium breton public/privé a jugé nécessaire de proposer une alternative biosourcée aux matériaux plastiques d'origine pétrolière. Le projet BluEcoPHA, qui fait suite aux programmes Biocomba et PHApack, est né. Il consiste à produire du PHA (polyhydroxyalcanoate) à partir de déchets d'entreprises agroalimentaires (eaux de lavage, résidus de la filière végétale de types fruits et légumes sous forme liquide ou sèche) digérés par des bactéries marines. Collaboratif et à vocation industrielle, BluEcoPHA est porté par Europlastiques et associe des partenaires académiques (université de Bretagne-Sud à Lorient et ENSC de Rennes). Il est accompagné par CBB Capbiotek et Breizpack, avec le concours opérationnel et financier d'un consortium d'industriels : Nutrinov (Centre R&D de Triballat-Noyal), Séché Environnement (traitement des déchets) et Elixance (colorants et additifs pour plastiques).

Le fermenteur du projet sera mis à disposition sur le salon pour expliquer comment se forme le PHA par fermentation de coproduits industriels en présence de certaines bactéries issues de souches marines isolées à partir de palourdes, de coques, de seiches venues des côtes bretonnes.

« Un pilote industriel de 50 litres a été réalisé chez Polymaris Biotechnologies, explique Stéphane Bruzaud, professeur à l'Université de Bretagne Sud et pilote scientifique du projet. Le rendement en PHA est de quelques grammes par litre.Le PHA formé coûte encore cher. L'emballage n'est donc pas l'application la plus adaptée dans ces conditions pour l'instant. Mais on peut d'ores et déjà penser aux applications à plus haute valeur ajoutée telles que le biomédical ou l'impression 3D.”

Des films, des éprouvettes et des barquettes ont déjà été fabriquées en PHA par Europlastiques.

Ilot n°2. Performance industrielle : l'exemple de l'OPP 2000 de Guelt

La mise en œuvre industrielle des emballages est également un pan essentiel de l'emballage de demain qui doit être séduisant, efficace, pratique, résistant … sans être trop coûteux. Dans cet objectif, le constructeur breton Guelt réalise des démonstrations d'operculage sur deux types de matériaux (cellulose haute densité moulée et plastique “classique”) sur sa nouvelle OPP2000. L'occasion d'illustrer sur une seule et même machine la plupart des avancées technologiques réalisées actuellement sur les machines de conditionnement pour répondre aux exigences de changements de formats rapides (sans outil), de polyvalence des formats et de réduction des coûts de production auxquelles les industriels doivent faire face. L'OPP2000 est compacte et entièrement électrique. Elle propose un pilotage centralisé à partir d'un écran connecté, un apprentissage intuitif pour les opérateurs grâce aux tutoriels développés par Guelt et une aide au dépannage. Elle a également été conçue pour que la maintenance et le nettoyage soient simplifiés.

Le constructeur breton Guelt réalise des démonstrations d'operculage sur deux types de matériaux (cellulose haute densité moulée et plastique “classique”) sur sa nouvelle OPP2000. L'occasion d'illustrer sur une seule et même machine la plupart des avancées technologiques réalisées actuellement sur les machines de conditionnement.

Ilot n°3. Fonctionnalité : la RFID à portée d'agroalimentaire

.

Quel est l'intérêt d'un étiquetage RFID pour l'agroalimentaire ? L'Institut Maupertuis se fixe l'objectif d'éclairer les visiteurs sur cette question via son démonstrateur “Emballages intelligents”. “Il s'agit de réaliser des démonstrations rapides de lecture d'étiquette RFID de façon à montrer les atouts de cette technologie sur toute la chaîne logistique, indique Jean-Marc Thouélin, ingénieur à l'Institut Maupertuis. Cela comprend, par exemple, la préparation de commande sans erreur, le contrôle automatique de palette à travers un portique, la réalisation d'un inventaire rapide et fiable à la volée, la récupération des informations de traçabilité sur son smartphone, etc. » Mais aussi le contrôle de température à distance, la vérification de la non rupture de la chaîne du froid, etc.A 0,06 € l'unité, l'étiquette RFID est loin d'être généralisée en alimentaire, en tous cas sur les produits finis. « Elle est, en revanche, de plus en plus présente en intralogistique dans la gestion de parcs de chariots, de rolls, de containers qui restent la propriété de l'exploitant. Aux Pays-Bas et également en France, comme chez Auchan par exemple, la RFID se développe aussi sur les caisses de fruits et légumes qui circulent entre les producteurs et les magasins », explique Jean-Marc Thouélin. Les attentes actuelles se situent donc dans l'optimisation des stocks, la synchronisation des flux physiques et informatiques, dans la traçabilité.

Jean-Marc Thouélin, ingénieur à l'Institut Maupertuis.


Ilot n°4 Suez valorise les plastiques

Le recyclage est un enjeu économique et environnemental majeur. L’utilisation de plastique recyclé permet de diminuer de 80 à 90 % la consommation d’énergie par rapport à la production de plastique vierge. Sur ce îlot, le groupe Suez va présenter Cap Valo 35, le futur écopôle dont l’ouverture est prévue au printemps 2016 à Chartres de Bretagne, juste à côté du Parc Expo où a lieu le CFIA, sur l’ancien site PSA. Cet outil de valorisation des déchets ouvre de nouvelles perspectives pour les industriels de l’agroalimentaire. « Nous aurons la possibilité de mieux valoriser les plastiques techniques générés par le secteur grâce à des zones dédiées par exemple aux PVC-PE, au PE multicouches », illustre Yann Priou, chargé de développement agroalimentaire du groupe.

Collecteur de déchets, Suez accélère son activité de transformation et réutilisation dans la chaîne de fabrication des emballages. Pour l’illustrer, un casque d’immersion en réalité virtuelle (Oculus) permettra de visiter une usine de valorisation de PET selon le process « bottle to bottle », un procédé qui recompose le plastique transparent PET, le rendant de nouveau propre à l’usage alimentaire.

Ilot 4 : SUEZ construit un éco-pôle, CAP VALO 35, sur le site industriel de PSA-La Janais - © DR

Ilot n° 5. Design : l'emmental sous toutes les coutures

Le Centre Culinaire Contemporain (CCC) anime un espace de 4m² pour dévoiler le packaging sous l'angle du design, du marketing et de l'innovation. Pour illustrer la démarche interdisciplinaire et collaborative que représente le développement packaging, Pauline Boué, designer et expert associé au CCC met en scène de façon ludique un produit agroalimentaire à priori banal, mais très représenté en Bretagne : l'emmental.

Cinq écrans sont ainsi reliés de façon factice à une grosse meule d'emmental :

- interface 1 : regard personnel que porte Pauline Boué sur l'emballage et ses divers aspects (l'usage, la fonctionnalité, l'innovation, l'esthétisme, etc.)

- interface 2 : de courtes vidéos laissent la parole à des experts (sociologue, designer, journaliste-expert, etc.) qui livrent leur vision du packaging.

- interface 3 : en flashant un morceau de fromage, il est possible d'accéder à des idées d'utilisation en cuisine grâce à des e-books culinaires.

- interface 4 : le quatrième écran illustre le partenariat noué avec l'école des Beaux-Arts de Rennes dont les élèves ont planché sur l'utilisation de la réalité virtuelle dans le but d'animer un packaging d'emmental avec des personnages de Star Wars.

- interface 5 : une dernière borne présente le concours organisé en partenariat avec le réseau Design en Bretagne et des écoles d'art appliqué. Résultats et remise de prix sur le stand.

Pour illustrer la démarche interdisciplinaire et collaborative que représente le développement d'un packaging, Pauline Boué, designer et expert associé au CCC met en scène de façon ludique un produit agroalimentaire à priori banal, mais très représenté en Bretagne : l'emmental.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois