Emballage

Nestlé emballe son nouveau Nesquik dans du papier

20 février 2019 - Karine Ermenier

La nouvelle référence Nesquik All Natural est conditionnée dans un sachet stand-up en papier (97%) recyclable dans la filière papiers/cartons. Nestlé réfléchit déjà à une version plus grande pour conditionner d’autres références et, pourquoi pas, à terme, remplacer toutes ses boîtes en plastique (actuellement recyclables) par des emballages en papier.

Préférer le « greendoing » au « greenwashing ». C’est l’engagement pris par le groupe Nestlé, co-signataire demain au Ministère de la transition écologique à Paris du Pacte National sur les Emballages en Plastique aux côtés d’une dizaine d’autres industriels et distributeurs. Pour Jean-Manuel Bluet, directeur du développement durable de Nestlé France, le passage d’une économie linéaire à une économie circulaire est un impératif qui ne supporte aucune discussion « mais qui ne pourra se faire que dans la concertation avec les autres acteurs du marché, industriels, distributeurs, recycleurs, etc. On a tous à gagner à aller beaucoup plus vite pour des enjeux de réputation mais aussi et surtout de préservation des écosystèmes. »

Comme premier symbole de cette mutation à venir, Nestlé a présenté ce matin sa nouvelle référence de poudre chocolatée Nesquik All Natural, conditionnée dans un sachet stand-up en papier. « C’est un produit plus en ligne avec les attentes de naturalité des consommateurs, explique Suzanne Manet, directrice de la division chocolats de Nestlé France. Le sucre raffiné est remplacé par du sucre de canne. Le cacao n’est pas alcalanisé et provient d’une filière durable d’Afrique de l’Ouest certifiée par UTZ et le tout contient 20 % de sucre en moins. Avec un goût un peu plus amer. »

Pour proposer un ensemble cohérent, Nestlé a opté pour un sachet en papier barrière à l’humidité (conçu avec 97 % de papier) et à la lumière, conditionné pour l’instant en Hongrie. Car c’est sur ce site que le projet a pu se faire au plus vite dans un premier temps, en neuf mois seulement. Ceci a d’ailleurs conditionné la taille du sachet, qui ne pèse que 168 g pour également rester sous la barre des 2 € en termes de prix de vente unitaire : 1,89 € en prix de vente préconisé, soit un prix au kilo deux fois plus élevé que le Nesquik classique en boîte de 250g et trois fois plus que le Nesquik d’un kilo. « Mais le produit n’est pas le même », rappelle justement Suzanne Manet.

L’emballage, très simple, ne dispose pas de système d’ouverture ni de refermeture facile pour conserver sa totale recyclabilité dans la filière papiers/cartons. Il s’agit d’une première étape d’un processus de transformation amorcé par les équipes opérationnelles de Nestlé. Et qui pourra, à terme, aboutir au remplacement de toutes les boîtes en plastique par des emballages en papier. Petit à petit, l’oiseau Nestlé fait son nid. L’objectif de ventes de ce nouveau produit n’est pour l’instant que de 200 tonnes par an en France. Soit 1 % des volumes de la marque. Mais il contribuerait déjà à réduire de 20 tonnes la quantité de plastiques mis sur le marché.

Retrouvez plus d’informations sur cet emballage et sur les initiatives de Nestlé en matière d'emballages durables dans Process Alimentaire de mars 2019.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois