Président de la nouvelle association porteuse du projet collaboratif "Pack en Transition", Thierry Varlet est par ailleurs directeur général du cabinet-conseil Innovons à 360°.

Emballages

Pack en Transition réfléchit collectivement à l’avenir de l’emballage

19 avril 2021 - Karine Ermenier

La nouvelle association Pack en Transition créée par un collectif d’entreprises autour de Thierry Varlet se fixe pour objectif de remettre collectivement l’emballage au cœur de sa dimension sociétale. L’ingénieur pack collabore aussi avec le Cnes sur des emballages comestibles que Thomas Pesquet emportera le 22 avril prochain sur la Station Spatiale Internationale.

La nouvelle association Pack en Transition, créée en décembre 2020 par un collectif d'entreprises autour de Thierry Varlet, a organisé sa première assemblée générale ordinaire le 8 avril dernier. Co-créateur et ancien animateur du réseau breton Breizpack, entré dans le giron de l’Adria en 2014, Thierry Varlet, ingénieur formé à l'école d'emballage de Reims, lance ce projet collaboratif "Pack en transition" avec déjà une vingtaine d’entreprises adhérentes : Publigraphic, LCS Logistique (racheté par Le Roy Logistique), Fleury Michon, Hénaff, Triballat-Noyal, Bolloré, Guelt, Laïta, Europlastiques, etc. Elles se fixent pour objectif de réfléchir collectivement à l’avenir de l’emballage : «Nous souhaitons avoir une approche holistique, écosystémique, qui permette de réunir autour de la table les fournisseurs, les industriels, les chercheurs mais aussi les collectivités et les citoyens, explique Thierry Varlet, président de Pack en Transition. Car de grands noms de l’agroalimentaire ont déjà témoigné de leurs difficultés à faire comprendre aux consommateurs le bien-fondé de leurs démarches d'éco-conception des emballages. »

Des compétences externes en appui

Les sujets d’étude porteront sur les matériaux, les emballages biosourcés, le réemploi, le vrac, les plastiques, les filières de recyclage, l’operculage, etc. L’idée étant de donner des orientations collectivement viables, quitte à infléchir certaines pratiques ou règles actuelles. « Nous voulons remettre l’emballage, le pack, au cœur de sa dimension sociétale, en rappelant qu’il est utile pour protéger le consommateur et l’environnement », avance-t-il.

La réflexion en intelligence collective s’appuiera sur les savoir-faire de Thierry Varlet et Fabienne Rufin en la matière, largement exercée et valorisée à travers leur cabinet-conseil Innovons à 360°. Pack en Transition s’appuiera également sur les compétences de Blandine Lagain et de Marion Hélou, anciennement de Food & Pack Solutions (Adria), qui ont créé leur structure Pack Eko proposant un service de veille et d’accompagnement à l’éco-conception. « Pack en Transition n’emploie aucun salarié mais fait appel à des prestataires extérieurs, pour certains bénévoles », explique Thierry Varlet. Son leitmotiv pour l’association : être acteur, transmettre, développer et anticiper.

 

Innovons à 360° accompagne Thomas Pesquet dans l’espace

 

Dans ce projet Edible Foam initié par le spationaute Thomas Pesquet avec le Cnes, Thierry Varlet a apporté son expertise sur les emballages pour élaborer des parois d’étuis consommables. « Il y a quatre cloisons en plaques de pain d’épice fabriquées par la Maison Darnis dans le Lot, deux en madelaine et deux en pain de Gênes conçues par la Maison Pillon. Les plaques ont été conditionnées sous skin par Guelt », détaille-t-il. Reste une partie en bioplastique fabriquée en pHA (polyhydroxyalcanoate) par Compositic.

Dans ce projet Edible Foam initié par le spationaute Thomas Pesquet avec le Cnes, Thierry Varlet a apporté son expertise sur les emballages pour élaborer des parois d’étuis consommables. « Il y a quatre cloisons en plaques de pain d’épice fabriquées par la Maison Darnis dans le Lot, deux en madelaine et deux en pain de Gênes conçues par la Maison Pillon. Les plaques ont été conditionnées sous skin par Guelt », détaille-t-il. Reste une partie en bioplastique fabriquée en pHA (polyhydroxyalcanoate) par Compositic. 

Thomas Pesquet retournera à bord de la station spatiale internationale le 22 avril prochain dans le cadre de la mission Alpha. Dans l’optique de réduire au maximum les déchets embarqués ou générés dans la station en réalisant des emballages comestibles, le spationaute français a initié avec les équipes du CNES (centre national d’études spatiales) le projet « Edible Foam ». Et ce, en partenariat avec le groupe Jean Hénaff, coordinateur du projet ASSF (Advanced System for Space Food ) et Innovons à 360°. Dans ce projet, Thierry Varlet a apporté son expertise sur les emballages pour élaborer des parois d’étuis consommables. « Il y a quatre cloisons en plaques de pain d’épice fabriquées par la Maison Darnis dans le Lot, deux en madeleine et deux en pain de Gênes conçues par la Maison Pillon (Toulouse). Les plaques ont été conditionnées sous skin par Guelt (Quimperlé) », détaille-t-il. Reste une partie en bioplastique fabriquée en PHA (polyhydroxyalcanoate) par Compositic (Lorient). « Au départ, nous avons testé une protection entièrement consommable, mais cela manquait de rigidité face aux vibrations simulées d’un lancement. Nous l’avons améliorée en introduisant au milieu le composé blanc recyclable », explique Alain Maillet, responsable de cette expérience sur le site du Cnes. Ce matériau biosourcé a fait l’objet d’un second projet, baptisé Renewable Foam, qui permet de remplacer les mousses anti-choc pétrosourcées (en polyéthylène expansé) habituellement embarquées par des mousses biosourcées en PHA qui peuvent par la suite servir à alimenter une imprimante 3D après avoir été fondue ou servir de support pour faire pousser des plantes.

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois