Le réseau d'épicerie en vrac Day by day et les yaourts bios et solidaires Faire Bien (de la filiale Les Prés Rient Bio de Danone) ont testé pendant deux semaines le concept de yaourt en vrac à Paris.

Emballages

Trois initiatives qui donnent de la voix au réutilisable et au compostable

1 juillet 2019 - Karine Ermenier

Des yaourts Danone en vrac, une gourde d’eau people et des capsules de café « home-made ». Ces trois lancements récents montrent à quel point les emballages compostables et/ou réutilisables s’installent dans le champ médiatique.

La photo d’Emmanuel Faber se servant un yaourt Faire Bien dans le magasin Day by day de Batignolles (Paris 17e) a fait le tour du web. L’atypique et néanmoins médiatique p-dg du groupe Danone a ainsi attiré l’attention sur un nouveau mode de consommation : le vrac. Le yaourt brassé Faire Bien, la marque de produits laitiers bio, solidaires et équitables de la filiale Les Prés Rient Bio est, pour l’occasion, conditionné en grandes poches en plastique sur le site de production de la marque, en Normandie. Il est ensuite introduit dans une machine distributrice qui permet de se servir en yaourts en pots en carton de 250 g ou 500 g. Ce nouveau mode de conditionnement sera testé pendant deux semaines seulement, jusqu’au mercredi 3 juillet. « Avec cette expérience pilote menée en partenariat avec Day by day et le M.I.A. -l’accélérateur d’innovation de Danone – Faire Bien veut accompagner les consommateurs dans leurs changements de pratiques. Leurs réactions, leurs commentaires et leur usage de la machine seront autant de pistes pour améliorer la proposition en fonction des attentes réelles », indique Danone. En parallèle, l’équipe Faire Bien travaille d’ailleurs à trouver un système de conditionnement, adapté aux produits laitiers frais, qui ne soit pas à usage unique.

Il s’agit aussi d’un test instructif pour l’enseigne Day by day qui propose déjà 750 références en vrac mais pas encore en frais. Les principaux verrous étant liés aux questions d’hygiène, de traçabilité et de coût d’entretien de la machine. Il y a quelques années, Triballat Noyal avait déjà testé ce concept chez Biocoop mais l’avait justement arrêté pour des raisons de lourdeur de fonctionnement (entretien, maintenance, etc.).

 

Shaka Ponk et la Fondation Hulot lancent une gourde en alu

 

Le nouveau collectif d'artistes Freaks créé à l'initiative de Chaka Punk s'est associé à la Fondation Nicolas Hulot et la marque Qwetch pour créer une bouteille une bouteille unique réutilisable. L'objectif du collectif est de faire adopter de nouveaux comportements pour lutter contre la surconsommation, la pollution, le réchauffement climatique et protéger la biodiversité.

Le nouveau collectif d'artistes Freaks créé à l'initiative de Chaka Punk s'est associé à la Fondation Nicolas Hulot et la marque Qwetch pour créer une bouteille une bouteille unique réutilisable. L'objectif du collectif est de faire adopter de nouveaux comportements pour lutter contre la surconsommation, la pollution, le réchauffement climatique et protéger la biodiversité.

Un autre usage fait grand bruit, par l’intermédiaire des voix du show bizz : la gourde réutilisable. Le groupe Shaka Ponk, avec le soutien de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme a, en effet, lancé «  The Freaks »,le premier collectif d’artistes et personnalités engagés pour la planète. Leur mission : faire adopter de nouveaux comportements pour lutter contre la surconsommation, la pollution, le réchauffement climatique et protéger la biodiversité. Les deux partenaires ont choisi de s’associer à la marque française Qwetch pour créer une bouteille unique réutilisable « Qwetch x The Freaks ». Pour chaque bouteille réutilisable achetée, la majeure partie des bénéfices sera reversée à la Fondation Nicolas Hulot et au collectif. Parmi les artistes signataires figurent, par exemple, Zazie, Anaïs, Christophe Willem, Cats on Trees, BB Brunes, Nagui, Audrey Pulvar, M, Thomas Dutronc, Yaël Naïm, etc. La gourde, elle, est isotherme, avec une paroi intérieur et extérieure en aluminium, sans revêtement ni vernis intérieurs. Elle est vendue 25 € l’unité de 250 ml.

 

 

 

Des capsules biodégradables à remplir soi-même

​​

Idocaps est un support en bois avec une tablette sur laquelle on dispose 12 capsules vides. Le consommateur y verse le café moulu fin de son choix et referme les dosettes avec une feuille d’opercules autocollants. Fournies par Idocaps, les capsules, elles, sont fabriquées en matériau Vegemat de la société française Vegeplast.

Idocaps est un support en bois avec une tablette sur laquelle on dispose 12 capsules vides. Le consommateur y verse le café moulu fin de son choix et referme les dosettes avec une feuille d’opercules autocollants. Fournies par Idocaps, les capsules, elles, sont fabriquées en matériau Vegemat de la société française Vegeplast.

Troisième initiative qui bouleverse les habitudes de consommation dans un objectif de développement durable : la capsule de café compostable compatible Nespresso à remplir chez soi, sur le modèle des yaourtières. Idocaps est un support en bois avec une tablette sur laquelle on dispose 12 capsules vides. Le consommateur y verse le café moulu fin de son choix et referme les dosettes avec une feuille d’opercules autocollants. Fournies par Idocaps, les capsules, elles, sont fabriquées en matériau Vegemat de la société française Vegeplast conçu à partir d’amidon de maïs et de blé issus des filières céréalières, sans produit chimique. Ces capsules sont compostables en compostage industriel. Idocaps est une démarche 100 % française : la découpe du bois se fait à Bagnolet en Seine-Saint-Denis, les opercules sont fabriqués à Lourdes (Hautes-Pyrénées) et le dispositif est assemblé dans un Etablissement d’aide par le travail (ESAT) dans les Hauts-de-Seine.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois