Emballages

Une première ligne de désencrage de films plastiques s’installe en France

8 novembre 2021 - Karine Ermenier

Le groupe français Reborn (ExcelRise), spécialiste de l’emballage plastique flexible, lance la première ligne de désencrage de films en France sur son site d’Ogeu-les-Bains (64). De quoi refabriquer des multipacks transparents.

Nommée B.Clear, la première ligne de désencrage des films imprimés souples vient d’être installée par le groupe français Reborn (ex-ExcelRise) sur son site d’Ogeu-les-Bains (64). Une première en France, et même en Europe pour ce qui concerne les films de grande consommation. Fruit de l’investissement de trois millions d’euros et de cinq années de recherche et développement menée avec des scientifiques, cette ligne permet au fournisseur de films de regroupement de produire de la matière recyclée transparente apte à être « upcyclée » en de nouveaux produits identiques. A ce jour, les films plastiques imprimés en polyéthylène étaient, en effet, « downcyclés » en sacs de caisse ou en sacs poubelles en raison de leur opacité. « Jusque-là, nous ne recyclions pas les films plastiques imprimés car nos clients (Coca-Cola, Lactalis, InBev, Bonduelle, Unilever, etc.) souhaitaient avant tout des produits transparents. Le gisement de films imprimés étant très important, nous y avons vu une opportunité, confie Arthur Lepage, président du groupe Reborn. On parle beaucoup de bouteilles plastiques en PET et des besoins en recyclage mais on sous-estime beaucoup le gisement, pourtant quasi-identique, de films en PE qui représente 30 % du marché du plastique»

Avec sa technologie B.Clear, Reborn va d’ores et déjà pouvoir recycler 4 000 tonnes de films PE imprimés par an pour un potentiel de collecte estimé à 100 000 tonnes en Europe. Une seconde ligne est prévue sur un autre site en 2022. « Nous prévoyons d’installer huit nouvelles lignes de recyclage sur nos différents sites de façon à atteindre 38 000 tonnes de plastiques flexibles recyclés d’ici 2026 », annonce le dirigeant. L’autre intention du groupe est de produire 80 % de film plastique premium issu de matière recyclée d’ici 2025.

Alors qu’il maîtrise la totalité de la supply chain du recyclage (collecte, qualification et contrôles laboratoires, broyage et lavage, granulation, extrusion et impression des films), Reborn compte devenir fournisseur de granules de polyéthylène recyclé de haute qualité pour d’autres fabricants. Il faut dire qu'au-delà des incitations financières d’éco-contribution et d’obligations légales, le PE recyclé est aussi devenu intéressant pour son prix. « Face à la pénurie de résines vierges, le prix des matières premières a augmenté de + 185 %. Pour la première fois, les matières secondaires sont moins coûteuses et apparaissent comme une solution économique, en plus d’être écologique », assure Arthur Lepage. Première entreprise française du secteur de l’emballage à avoir intégré la « New Plastics Economy » de la fondation Ellen Mac Arthur en 2017, l’entreprise compte se positionner comme un acteur pionnier de l’économie circulaire. Une stratégie sur laquelle elle construit ses ambitions de croissance : elle vise 177 millions d'euros de chiffe d'affaires en 2021, contre 110 millions cette année.

ELO Energies

ELO ENERGIES : 
PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE & DÉCARBONATION

● 6 webinaires animés par notre rédaction et par nos partenaires
● Posez vos questions auxquelles les intervenants répondront en direct
● Profitez d'un accès libre et gratuit sur simple inscription en ligne