Des prébiotiques à partir de pêches et melons déclassés

2 juin 2014 - A.D

Le laboratoire de Génie Chimique de l'Université Paul Sabatier (Toulouse) s'est intéressé aux fruits déclassés comme source d'ingrédients actifs. Les melons et les pêches abîmés lors du transport n'étant pas facilement « recyclables » dans des compotes ou autres co-produits, le laboratoire a étudié les FOS (fructooligo-saccharides) issus de leurs sucres. D'après les recherches, l'action prébiotique bénéfique des FOS de ces fruits sur le microbiote humain est équivalente àcelle de deux fructooligo-saccharides déjà commercialisés : le RaftiloseL95 (Beneo) et l'Actilight950P (Tereos Syral - Beghin Meiji). Les chercheurs du laboratoire ont aussi des raisons de croire que ces prébiotiques, associés avec le probiotique Bifidobacterium breve R0070, auraient un effet sur les cellules épithéliales cancéreuses.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois