Ecotaxe : une remise à plat attendue

7 avril 2014 - P.C.

Ségolène Royal, nouvelle ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a lancé un message clair au secteur agricole et agroalimentaire en déclarant le 03 avril dernier à propos de l'écotaxe qu'il fallait "remettre à plat les choses pour voir quelles sont les autres possibilités de dégager des financements pour faire les travaux ferroviaires et routiers". Adepte d'une écologie positive, par opposition à une écologie punitive, la nouvelle numéro trois du gouvernement Valls avait montré sa réticence face à l'écotaxe dès la sortie du projet.
Dans un communiqué, Coop de France se félicite de ces premières déclarations. Sur le fondement de deux enquêtes menées auprès de plus de 130 coopératives, Coop de France a démontré l'incohérence de l'écotaxe au regard des objectifs annoncés, ainsi que les effets pervers du dispositif. La taxe pénalise en effet les filières qui transportent des produits à faible valeur ajoutée et qui n'ont pas de solution de report multimodal."Le seul consensus des différents opérateurs économiques qui semble se dessiner est une condamnation du système actuel. Réfléchissons vite à un dispositif simple, juste et dédié à un véritable plan de restructuration des infrastructures, indispensable pour garantir une meilleure compétitivité nationale", propose Philippe Mangin, président de Coop de France.

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois