L’Ania dévoile les coulisses du Cash Investigation spécial « agroalimentaire »

12 septembre 2016 - Pierre Christen

Difficile d’échapper au buzz savamment orchestré par Cash Investigation pour attirer l’attention sur l’émission intitulée « Industrie agroalimentaire : business contre santé », qui sera diffusée mardi 13 septembre à 20h55.

Dans une tribune libre, Catherine Chapalain, directrice générale de l’ANIA (Association Nationale des Industries Alimentaires), dévoile la teneur de son entretien avec Elise Lucet réalisé le 07 avril 2016. A lire ce témoignage, force est de constater que la démarche de l’émission Cash Investigation relève plus de l’aventure cinématographique que du journalisme, tant le scénario semble écrit à l’avance et tant la mise en scène est au cœur du projet.

Catherine Chapalain décrit le véritable « plateau de cinéma », qui s’est mis en place : « deux journalistes, deux cadreurs, un preneur de son, une assistante, une maquilleuse », avant l’arrivée d’Elise Lucet, une heure plus tard, soit quinze minutes avant l’interview. Pour poser ses questions, la présentatrice s’appuie sur les journalistes installés dans une autre pièce « avec leur ordinateurs et un micro connecté à son oreillette ».

Sur le fond, l’entretien a cherché à créer une opposition binaire en lien avec le projet de simplification de l’étiquetage nutritionnel, dont l’expérimentation en magasins démarre. « Il est inutile de chercher des secrets où il n’y en pas. Notre position était connue : nous sommes en faveur de l’amélioration de l’information nutritionnelle des consommateurs ; nous soutenons la proposition de la ministre de compléter l’information actuelle par un nouveau logo simplifié ; le système des 5 couleurs n’a pas notre préférence ; et il est nécessaire de recueillir l’avis des consommateurs », écrit la directrice de l’Ania.

Elle ajoute que « lors de l’entretien, pour une raison que j’ignore, l’équipe de Cash Investigation s’est orientée vers un débat unique : pour ou contre le système de M. Hercberg (5C ou Nutri-Score). A de très nombreuses reprises, j’ai tenté d’expliquer que le consommateur aura la choix entre quatre logos lors de l’expérimentation menée par le ministre de la santé, incluant la proposition 5C, mais aussi le SENS, le Nutri-Repère et le Nutri-Couleurs. Malheureusement, les échanges n’ont porté que sur le 5C, niant l’existence des trois autres ».

Et d’affirmer : « Je le dis clairement, la proposition de M. Hercberg n’a pas ma préférence. Je considère qu’il n’est pas approprié de réduire la qualité d’un ingrédient à une couleur sans prendre en compte la portion consommée ou sans mentionner la fréquence. Ce n’est pas la même chose de manger de temps en temps quelques carreaux de chocolats ou une tablette par jour ! ».

C’est désormais l’évaluation auprès des consommateurs en situation réelle qui tranchera.

L’Ania donne de son côté rendez-vous sur Twitter le 14 septembre à 10h pour répondre aux questions sur l’étiquetage nutritionnel (hashtag #askania).

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois