La Chine ouvre la porte à l’agroalimentaire français

15 janvier 2018 - Amélie Dereuder

La visite d’État en Chine conduite par Emmanuel Macron du 8 au 10 janvier derniers s'est révélée être une précieuse opportunité pour améliorer les relations commerciales entre les deux pays, en particulier pour l’agroalimentaire. Dans leur déclaration conjointe, les deux présidents ont rappelé l'importance de faciliter les échanges de produits agroalimentaires en se basant sur les normes internationales. Ils souhaitent s’entendre pour continuer à approfondir la coopération en matière de contrôle de la qualité .

Le Président français a souligné : des avancées "extrêmement importantes" dans l'agroalimentaire : "Nous avons confirmé la volonté de faire ensemble dans le secteur des vins et spiritueux, et l'ouverture obtenue, en particulier en termes d'accès pour notre viande bovine, est déterminante."

En effet, l’embargo sur cette denrée (en cours depuis 2001) va été levé dans les six mois. De plus, la Chine s'engage à accorder les agréments aux entreprises françaises de viande porcine et de produits laitiers, notamment en alimentation infantile. Les deux pays se sont aussi entendus pour travailler activement à la levée de l’embargo sur les produits avicoles le plus rapidement possible.

Bonne moisson pour la Sill et Nataïs

La visite d’État s’est aussi accompagné de rencontres commerciales. La délégation française comprenait une cinquantaine de sociétés. Dans le domaine agroalimentaire, la Sill a fait son beurre en signant un accord de coopération avec la société Yinquiao. Cette dernière prend une participation minoritaire dans le groupe breton et va distribuer en Chine les poudres de lait de sa future tour de séchage.

De son côté, Nataïs a pu échanger avec les autorités sur l’importation de maïs en vrac, qui n’est pas autorisé en Chine, et dialoguer sur le blocage de son maïs micro-ondable. Des solutions ou des explications ont été données afin que la société gersoise puisse améliorer ses dossiers. « Nous sommes ravis de notre déplacement en Chine et des rencontres que nous avons pu faire sur place. Cela a donné un vrai coup d’accélérateur au dossier que nous avons présenté aux autorités », souligne Michaël Ehmann, président de Nataïs.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois