Les quantités de référence prises en compte par les consommateurs

30 novembre 2014 - P.C.

Voilà une étude qui tombe à pic, alors que le règlement Inco entre en application. Le texte oblige au 13 décembre de respecter de nouvelles exigences pour les tableaux nutritionnels affichés sur les emballages, avant de rendre obligatoire l'apposition d'un tel tableau sur tous les produits pré-emballés en décembre 2016.

L'étude menée par le Pr Monique Raats de l'Université de Surrey en lien avec l'Eufic (European Food Information Council) montre que les consommateurs prennent réellement en compte les quantités de référence affichées en face avant des étiquetages nutritionnels, lorsqu'ils veulent établir leur jugement sur le caractère sain d'un produit. Elle montre aussi que le choix de la typologie (par 100g/mL, par portion) n'est pas anodin.

L'étude a été publiée dans l'European Journal of Clinical Nutrition. Elle a impliqué 13 117 participants de six pays (Allemagne, Espagne, France, Pologne, Royaume-uni et Suède ) à partir d'un questionnaire en ligne. Il leur été demandé de noter le caractère sain des aliments (biscuits, sandwichs et yaourts) à partir des étiquetages nutritionnels utilisant différentes typologies de quantités de référence.

Le premier enseignement est donc que les personnes interrogées ont correctement évalué les aliments en accord avec leurs caractéristiques de santé objectives, telles que définies par les quantités de nutriments présentes.

Ils ont su faire le distinguo entre des variants plus ou moins bons pour la santé.

L'étude a montré aussi que des confusions pouvaient intervenir lorsque la référence « par 100 g » est très différente de la quantité « par portion », comme pour les biscuits. Dans ce cas, des produits avec un étiquetage « par 100 g » ont été moins bien notés que ceux utilisant l'étiquetage « par portion ».

A noter, les Français interrogés se sont distingués en notant de manière plus extrême les produits, à partir de facteurs nutritionnels positifs ou négatifs. Les Polonais sont ceux qui ont noté avec le moins d'écarts.

Enfin, il faut souligner que cette étude montre le comportement des consommateurs lorsqu'on leur demande d'évaluer le caractère sain d'un produit. Ce qui ne présage pas que le comportement réel des consommateurs est de systématiquement évaluer le caractère sain des produits qu'ils achètent.

Ateliers de l'Emballage

LES ATELIERS DE L'EMBALLAGE

Une journée sur le thème :  la fin programmée des plastiques à usage unique - Enjeux, perspectives, solutions

2 modes de participation au choix : 

Journée en présentiel le 1er décembre à Rennes
Version distancielle : le replay vidéo de la journée + toutes les présentations au format PDF