Prix du lait : Bel pérennise son accord avec l’ABPO

7 novembre 2019 - Marjolaine Cérou

Pour la troisième année consécutive, Bel et l’Association des Producteurs de lait Bel Ouest (ABPO), qui représente plus de 800 exploitations situées dans l’Ouest de la France, renouvellent leurs engagements pour un modèle rémunérateur et durable de la filière laitière.
Mis en place en 2017, ce partenariat repose à la fois sur le développement de pratiques responsables et sur une rémunération négociée et garantie annuellement pour l’ensemble des producteurs de l’ABPO, dans la lignée des États Généraux de l’alimentation. Le prix négocié pour l’année 2020 est de 371 euros / 1000 litres (base 38/32), contre 395 € / 1000 l l’an dernier. Il est complété par deux primes relatives à l’alimentation sans OGM (< 0,9%), des animaux (15 € / 1000 l) et l’accès des vaches aux pâturages (6 € / 1000 l). A cela, s’ajoutera la valorisation de la qualité réelle du lait en matières grasses protéiques.
Cet accord concerne tous les éleveurs adhérents de l’ABPO. Il porte sur l’ensemble des volumes de lait vendus contractuellement à Bel en France, soit 400 millions de litres de lait.

«Ce renouvellement est inédit dans la filière laitière. Il est légitime au vu de l’engagement de tous les producteurs dans la réflexion et la  mise  en  œuvre  de pratiques plus durables. Il est gage d’une meilleure visibilité pour notre activité, et permet d’assurer aux producteurs la sérénité nécessaire à la conduite de leurs élevages et au développement de leurs projets d’avenir», déclare Gilles Pousse, président de l’APBO.

Un autre volet concerne le bien-être animal. L’accès des vaches au pâturages est aujourd’hui mis en œuvre dans 95 % des élevages. Bel a mis en place la charte mondiale Bel, co-construite avec l’ONG CIWF (Compassion In World Farming). L’objectif est aussi de réduire l’empreinte carbone des exploitations. Bel et l’ABPO ont l’ambition de diminuer de 20 % l’émission carbone de l’amont laitier par tonne de produit fini à horizon 2030.
«L’évolution vers un modèle agricole rémunérateur et durable demande du  temps. Cela engage  notre responsabilité, et nous amène à renouveler des engagements forts, permettant d’offrir de la visibilité à l’ensemble des exploitations partenaires de l’APBO. Notre volonté commune est de réinventer un modèle agro-alimentaire positif avec tous les acteurs, agriculteurs, industriels et distributeurs», affirme Béatrice de Noray, directrice générale de Bel France.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois