Selon une enquête Vitagora, les 15-30 ans privilégient rapidité et plaisir pour leur alimentation

25 avril 2016 - A.D

Vitagora a commandé à Sociovision une étude sur les jeunes (15 -30 ans) et leur alimentation. Selon les résultats de l'enquête, la première priorité des jeunes sur l'alimentaire est la rapidité. Le recours à la restauration rapide est généralisé : 91% y vont régulièrement ou occasionnellement. De même, les jeunes aiment se faire livrer des repas à domicile: 40% le font contre 30% des Français. Le manque de temps incite également cette génération à grignoter ou à sauter les repas plus souvent que le reste de la population.

Au cours de la semaine précédant l’enquête, 82% se sont contentés plusieurs fois d’un sandwich ou ont sauté un repas contre 69% de la population totale. Le petit-déjeuner du matin est simplifié à l’extrême: 68% prennent uniquement une boisson. Se déplaçant régulièrement et se trouvant souvent hors du domicile ,les jeunes apprécient les distributeurs automatiques : 46% d’entre eux y achètent quelque chose à manger ou à boire (contre 36% de la population française).

Cela étant dit, l’alimentation reste un rituel fortement valorisé . La règle des trois repas par jour est globalement respectée et 89% des jeunes disent prendre leurs repas à des heures régulières.

Le plaisir avant la santé

51% des jeunes interrogés disent « se goinfrer de temps en temps » contre 37% seulement des Français. Ce comportement traduit non seulement la recherche de plaisir intense, mais également une moindre attention portée à la santé. De fait, moins d’un jeune sur deux (47%) fait attention à ne pas manger des produits trop sucrés, trop salés ou trop gras, contre 60% des Français.

Les jeunes n’ont pas le même comportement alimentaire selon qu’ils dépendent de leurs parents ou non. Une fois autonomes, l’alimentation devient un poste important dans leur budget et ils l’estiment trop cher. 65% d’entre eux réduisent leurs dépenses alimentaires en fin de mois. Un autre réflexe s’installe au moment de l’indépendance : 49% ont déjà eu recours à Internet pour faire leurs courses alimentaires. Quand les jeunes deviennent autonomes financièrement, leur regard sur les marques se modifie. Ils commencent à adopter un regard plus critique et deviennent donc plus ouverts aux propositions des marques distributeurs ou aux produits sans marque.

Pour Remy Oudghiri, directeur adjoint de Sociovision, « A l’instar de leurs aînés, les repas des jeunes sont plus simples et déstructurés qu’il y a une ou deux décennies, même si les rituels sociaux comme la règle des trois repas par jour tiennent le choc. Ils sautent régulièrement des repas ou mangent en se déplaçant. Mais je note que cette population cherche un compromis entre les dynamiques en cours (manger local, sain, authentique) et un emploi du temps serré. D’où un attrait pour le snacking sain, façon foodtruck, par exemple, ou pour les services numériques (sites de livraison rapide, applications...) qui apportent une réponse immédiate à leurs besoins. »

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois