Ingrédients

Allégations : l'Efsa tente de renouer le dialogue

8 juin 2010 - Pierre Christen

(C) Luca F. Monducci S.I.A.E. pos. number:124547

Les efforts engagés pour l’obtention d‘une allégation de santé sont massifs. On le sait, le retour sur investissement n’est que rarement au rendez-vous, l’Efsa (European Food Safety Authority) ayant rejeté la majorité des dossiers de demande d’allégation santé, génériques et spécifiques, dans le cadre du règlement européen n° 1924/2006.

Cette situation conduit certains industriels à envisager des actions en justice à l'encontre de l’instance européenne. Celle-ci a tenté de rétablir le dialogue lors d’un colloque qui s’est tenu à Parme le 1er juin. « Le dialogue est la clef, a introduit Catherine Geslain-Lanéelle, directrice de l’Efsa. En le réaffirmant, il y a une compréhension partagée des exigences en termes de preuves scientifiques. Le travail que nous avons accompli soutiendra celui de l’industrie en l’aidant à établir des directions futures pour la recherche et l’innovation ».

Améliorer le dialogue

Le colloque a permis de communiquer des recommandations additionnelles sur le process d’autorisation des allégations santé. « Les discussions avec les demandeurs et les Etats membres sur les moyens d’améliorer le dialogue et de clarifier ensemble le type et le niveau de preuve requis pour des allégations santé va bénéficier à l’efficacité au process d’évaluation » , a déclaré le professeur Albert Flynn, président du groupe scientifique NDA (produits diététiques-nutrition-allergies) de l’Efsa. Principale décision, des ateliers techniques ont été programmés sur plusieurs domaines tels que les fonctions immunitaires et intestinales, les antioxydants, la satiété et les fonctions cognitives. Le premier aura lieu avant la fin de l’année 2010 sur le thème des fonctions immunitaires et intestinales. Il présentera un intérêt évident pour les probiotiques.

« Après trois ans, nous pensons que des améliorations sur le process de mise en place du règlement peuvent être réalisés, a déclaré Mella Frewen, directrice générale de la CIAA, représentant les industries agroalimentaires au niveau européen. Notamment, il est nécessaire d'avoir plus de recommandations et de dialogue sur les applications durant et après les phase d’évaluation ». Dans le collimateur des industriels, le manque d’informations sur le niveau de preuve, la caractérisation du type d’études, les populations cible, mais aussi un dispositif trop compliqué (quel article 13.1, 13.5, 14 ?), un manque de transparence et de dialogue entre le demandeur et l’évaluateur.

Rappelons les résultats des deux premiers lots d’avis sur les allégations santé génériques :

1er lot (1er Octobre 2009) : 523 allégations évaluées Avis positifs : 33 %

2ème lot (25 Février 2010) : 416 allégations évaluées Avis positifs : <2 %

3ème et 4ème lots : à venir.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois