Ingrédients

Blé dur : des prix élevés jusqu’à mi-2015, selon ODA

31 octobre 2014 - Pierre Christen

En quelques semaines, les prix du blé dur de qualité standard apte à la semoulerie sont passés de 310 euros la tonne à 420 euros. Crédit photo© pinkyone - Fotolia

Les prix du blé dur de qualité standard apte à la semoulerie sont en train de flamber. En quelques semaines, ils sont passés de 310 euros la tonne à 420 euros. « Cette hausse tardive provient principalement de l’effondrement de la qualité du blé dur produit par le Canada, premier exportateur mondial avec 60 % du marché mondial, dont les grades 1 et 2 ne pèsent que pour 25% de la production cette année. Les récoltes au Maghreb sont insuffisantes, une zone très exigeante en termes de qualité du blé dur, d’où de fortes importations sur cette zone. », nous explique mercredi 22 octobre Renaud de Kerpoisson, p-dg d’ODA, spécialiste de l’analyse des marchés agricoles.

« Nous pensons que cette situation assez inextricable va durer, sauf si certains importateurs baissent d’un cran leurs exigences, ce que l’Algérie a commencé à faire la semaine dernière », indique-t-il.

Que peuvent faire les industriels ? « C’est un marché de faible volume, avec de fortes réactions. Une politique de stockage est très intéressante à mettre en place sur un an ou deux », propose-t-il. Il préconise également la mise en place par les acheteurs d’un observatoire des qualités. « L’information sur les mauvaises récoltes au Canada date de plus d’un mois, ce qui laissait un peu de temps pour changer de stratégie », justifie-t-il. La clef est aussi dans la contractualisation avec la grande distribution comme avec l’aval agricole.

Renaud de Kerpoisson explique de plus que les démarches opportunistes peuvent créer cette situation. Lorsque les industriels achètent du blé dur avec des prix à peine supérieurs au blé tendre, cela n’incite pas les agriculteurs à semer du blé dur, dont les rendements sont 25 % inférieurs au blé tendre. Donc lorsque les prix descendent trop bas, cela pénalise les volumes de l’année suivante et nourrit la flambée des prix… « La prochaine récolte de blé dur se fera en juin au Mexique. Le pays va certainement faire le choix d’exporter sa récolte, habituellement destinée à l’alimentation animale, mais en attendant les marchés vont rester coincés sur des niveaux élevés », conclut-il.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois