Cargill a investi 5 millions d’euros à Mouscron (chocolat) et va injecter 32 millions dans une autre usine européenne pour de lancer des ingrédients qui permettront de réduire le sucre dans les produits finis. Crédit photo Cargill.

Ingrédients

Cargill investit en Europe pour réduire le sucre

28 octobre 2019 - Amelie Dereuder

La problématique de la réduction de sucre prend de plus en plus d’importance pour les consommateurs et les industriels. En investissant plusieurs millions d’euros dans ses usines européennes, Cargill s’apprête à lancer différentes gammes de fibres et de chocolats pour aller dans ce sens.

Le groupe américain Cargill a annoncé plusieurs investissements en Europe. En septembre, ce sont 5 millions d’euros qui ont été injectés sur le site de Mouscron (Belgique) pour augmenter la capacité de production de ses chocolats peu sucrés. Une nouvelle gamme d’ingrédients devrait prochainement voir le jour et inclura divers édulcorants et substituts de sucre, que le groupe américain produit aussi. Elle doit répondre aux attentes des consommateurs qui s’orientent de plus en plus sur la réduction de sucre (le premier ingrédient qu’ils souhaitent réduire dans leur alimentation). Selon une étude menée par Cargill en 2019, 54 % des consommateurs seraient prêts à payer plus cher pour un chocolat sans ou réduit en sucre. Pour le marché européen, moyen-oriental et africain, la demande de confiseries moins sucrées augmente deux fois plus rapidement que celle des chocolats (9 % pour la première contre 4 % pour la suivante.)

32 millions pour développer des fibres solubles

La semaine dernière, Cargill a dévoilé un plan d’investissement de 32 millions d’euros pour développer son portefeuille de fibres solubles dédiées à la réduction de sucre et à l’enrichissement nutritionnel. « C’est un investissement crucial pour compléter notre large portfolio d’amidons, de texturants et d’édulcorants. Cette offre élargie va aider nos clients à s’adapter aux changements des préférences consommateurs », explique Alain Dufait, directeur général de la division amidons, édulcorants et texturants Europe de Cargill. Une étude Innova Market Insight révèle que le nombre de lancements mettant en avant les fibres a grimpé de 23 % en cinq ans tandis que ceux avec un positionnement de réduction de sucre ont augmenté de 16 %.

La nouvelle gamme de fibres sera lancée en 2021 et bénéficiera d’un process breveté qui doit améliorer la sensation en bouche. A priori, il s’agira de fibres de blé ou de maïs cultivés en Europe avec des pratiques durables. On ne sait pas encore où elles seront produites, mais il existe trois usines d’amidons en Europe : Sas Vant Gent (Pays-Bas), Haubourdin (France) et Krefeld (Allemagne). Cet été, Cargill a déjà investi 180 millions d’euros dans le site allemand pour changer sa spécialisation. Il transformait auparavant du maïs et va désormais produire des protéines et de l’amidon de blé. La construction de la nouvelle unité va commencer début 2020 pour se terminer à l’été 2021, avec de premières productions prévues pour l’automne 2021.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois