Ingrédients

CLA : les réactions de Cognis et Lipid Nutrition

2 novembre 2010 - Pierre Christen

L'acide linoléique conjugué est présent dans de nombreuses formulations « minceur », notamment aux Etats-Unis. Stark - Fotolia.com

 

Le troisième lot d’avis scientifiques relatifs aux allégations de santé génériques relevant de l’article 13.1 du règlement 1924/2006 a fait des heureux, principalement les fournisseurs de minéraux et vitamines, et de nombreux déçus. Parmi ces derniers, les promoteurs du CLA (acide linoléique conjugué). Cet acide gras trans particulier est présent dans de nombreuses formulations « minceur », notamment aux Etats-Unis.

Dans son avis scientifique publié le 19 octobre, l’Efsa a émis en effet des conclusions négatives quant aux allégations proposées relatives au mélange équimolaire des isomères c9, t11 et t10, c12 de l’acide linoléique conjugué (CLA). Les deux fournisseurs européens concernés (Cognis et Lipid Nutrition) ont réagi immédiatement.

De son côté, Cognis s’interroge. Le groupe allemand commercialise le Tonalin CLA, qui est marketé en tant que réduction de la graisse corporelle, plutôt que perte de poids. Or cette allégation ne semble pas avoir traité par l’avis qui a évalué les demandes portant sur :

- Le maintien d’un poids corporel normal,
- L’augmentation de la masse corporelle maigre
- L’augmentation de la sensibilité à l’insuline
- La protection de l’ADN, des protéines et des lipides du dommage oxydatif
- La contribution aux défenses immunitaires par production d’anticorps protecteurs en réponse à la vaccination

Retour vers la Commission européenne

« C'est pourquoi nous allons revoir l'avis en détail et faire remonter nos préoccupations à la Commission européenne pour savoir si nos allégations seront évaluées dans un prochain lot », déclare Arne Ptock, Global Product Line Manager de Tonalin, pour Cognis Nutrition & Health.

Pour Lipid Nutrition (IOI Loders Croklaan), qui fournit le Clarinol CLA, le constat est clair : « Nous considérons que l’Efsa n’a pas évalué la demande d’allégation relative au CLA et à la réduction de la graisse corporelle, ce qui nous conduit à présenter ce bénéfice santé spécifique et les allégations santé qui en dépendent dans un dossier relevant de l’article 13.5 », indique Jaap Kluifhooft, directeur des affaires réglementaires pour le groupe néerlandais. Pour rappel, les allégations santé relevant de l’article 13.1 sont dites génériques, celles de l’article 13.5 sont dite propriétaires. Le niveau de preuves à apporter peut être plus important dans le second cas.

Au final, le développement potentiel marché du CLA reste très dépendant de la possibilité d’utiliser des allégations santé, mais aussi de l’obtention du statut Novel Food. En mai 2010, l’Efsa avait déclaré que le CLA pouvait être utilisé de manière sûre dans les produits alimentaires, ce qui a constitué un premier pas vers une future autorisation.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois