Ingrédients

De plus en plus de produits incluent des protéines végétales

20 novembre 2017 - Amélie Dereuder

Selon le constat du Groupe d’Étude et de Promotion des protéines Végétales, les matières protéiques végétales (MPV) sont de plus en plus présentes dans les produits alimentaires. Lors de son dernier référencement, l’association met en avant que 4635 produits en contenaient. Crédit photo Fotolia © highwaystarz

Selon le constat du GEPV (Groupe d’Étude et de Promotion des protéines Végétales), les matières protéiques végétales (MPV) sont de plus en plus présentes dans les produits alimentaires. Lors de son dernier référencement tout juste publié (réalisé pendant l’été 2017 dans 15 magasins de Tours et de ses environs), l’association met en avant que 4 635 produits en contenaient. Ces derniers sont généralement issus du rayon traiteur et épicerie salée (34%), épicerie sucrée (25%), boulangerie-viennoiserie-pâtisserie (15%), viandes et poissons (13%) et surgelés (13%).

Labels et allégations

Ces produits mettent en avant des allégations ou des labels variés. LE GEPV a relevé que 5 % des produits référencés affichent des allégations nutritionnelles comme « riche en protéines» ou «source de fibres ». Cela concerne les produits végétariens (37%), les produits de petit-déjeuner (20%) et les produits diététiques (16%). L’allégation « sans gluten » est présente sur 1,2% des produits référencés. On les retrouve majoritairement dans les rayons boulangerie-viennoiserie-pâtisserie (45% des cas), épicerie sucrée (28%) et traiteur et épicerie salée (18%). Le blé est alors remplacé par la farine de soja (57%), la protéine de pois (16%), la farine de lupin (9%), la protéine de lupin (7%), la farine de pois (7%) et la protéine de soja (4%).

D’autres promesses sont mises en avant sur 32 % des produits. Les messages les plus fréquents sont « sans huile de palme » (8%), « sans colorant » (7%) et de fabrication française.

Enfin, 4,3% des produits contenant des matières protéiques végétales arborent le label bio. Ceux-ci sont surtout présents dans les rayons « traiteur et épicerie salée » (41%), boulangerie-viennoiserie-pâtisserie (31 %) et «épicerie sucrée» (25 %).

Le blé et le soja sont les protéines végétales les plus utilisées

Côté ingrédients, la protéine végétale la plus couramment utilisée est celle du blé (68%), essentiellement sous la forme de gluten, puis celle de soja (21%) sous forme de farine ou de protéine. Suivent le pois (8%), la fève (4%) et le lupin (1%). Dans 5 % des cas, seule l'origine « végétale » de la protéine est mentionnée, sans plus de détail.

A noter, les dénominations varient à cause des différentes formes que les matières protéiques végétales peuvent prendre. Par exemple, les protéines de blés au sens large peuvent être présentées comme gluten de blé, gluten vital de blé, protéine de blé, protéine de blé bio, protéine de blé texturée, protéine de blé réhydratée, protéine de blé hydrolysée, protéine végétale de blé ou hydrolysat de protéine de blé. Les protéines de pois comptent six intitulés et celles de soja peuvent être désignées par dix-neuf dénominations.



LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois