Ingrédients

Foodwatch, la polémique tombe à l’eau

24 septembre 2018 - Amélie Dereuder

Les Paniers de Yoplait 0 % sont pris pour cible par l’association Foodwatch, qui demande à ce que l’origine de la gélatine soit précisée sur l’étiquette.

Foodwatch s’est trouvé un nouveau combat : la présence de produits animaux « cachés » dans certains produits, « sans que les consommateurs ne le sachent ». D’après l’association, le problème n’est pas que ces aliments contiennent des dérivés animaux, mais que les étiquettes ne le mentionnent pas clairement. L’organisation prend l’exemple de la gélatine, de la présure, de la gomme shellac ou du carmin dont le consommateur lambda peut ignorer l’origine et donc se sentir floué… L’enquête a été reprise dans les médias mais elle a suscité des réactions contrastées : pour un certain nombre de consommateurs, cette analyse n’apporte rien de nouveau.

Des réactions contrastées

Sur les réseaux sociaux, les consommateurs arguent que la présure est un procédé de fabrication traditionnel et bien connu, qu’elle figure dans les cahiers des charges de certains signes de qualité, ou encore qu’un produit réalisé à base de lait nécessite forcément de séparer la vache de son veau. D’autres précisent que les présures microbiennes sont obtenues à partir d’OGM. L'attaque sur le carmin n’a pas non plus fait le buzz. Sujet déjà fortement médiatisé ces dernières années, les consommateurs ont déjà pris conscience que ce colorant naturel est extrait de cochenille. Enfin, aux internautes qui pointent que la gélatine est par nature d’origine animale, Ingrid Kragl, directrice de l'information chez Foodwatch, rétorque que la gélatine peut parfois être aussi d'origine végétale... Une confusion probable avec des « gélifiants » végétaux issus d’algues comme l’agar-agar, l’alginate ou les carraghénanes…

Le paradoxe, c’est que Foodwatch demande que les ingrédients soient plus clairement étiquetés sur les produits alimentaires, mais continue de les critiquer si c’est le cas. Prenons l’exemple d’autres produits «démasqués » : le tiramisu de Carrefour. Il est mentionné qu’il contient de la gélatine porcine. Mais comme la liste d’ingrédients est jugée trop longue, Foodwatch estime que l’information est difficilement lisible.

Yoplait dans le viseur

Foodwatch s’est donc cherché un coupable pour lancer une pétition. Ce sont "Les Paniers 0 %" de Yoplait qui ont subi les foudres de l’association. En cause, la présence de gélatine, sans précision de l’origine. La marque a répondu qu’il s’agissait de gélatine bovine et Foodwatch exige que cela soit précisé sur l’étiquette ou que le fabricant change de recette. Pourquoi ? « Tout le monde a le droit de savoir ce que contiennent les produits afin d’exercer librement ses choix de consommation, notamment lorsqu’on veut adopter un régime alimentaire particulier », affirme l'association.

En réponse à cette opération de communication, Yoplait a rappelé que la gélatine est naturellement présente dans les viandes et les poissons et qu’elle est employée pour texturer des recettes traditionnelles. Dans les yaourts allégés aux fruits, elle est dosée à moins de 0,5 % et elle permet de retrouver l’onctuosité de la matière grasse. Sans quoi, la matrice serait trop fluide et il faudrait ajouter d’autres texturants.

Une éviction d'ores et déjà prévue

La marque de General Mills et Sodiaal a cependant précisé qu’elle avait déjà prévu de retirer la gélatine de ces références en 2019. Une décision qui ne fait pas suite à l’accusation de Foodwatch, mais à une stratégie d’amélioration continue. En mai, certains additifs ont été supprimés et les arômes sont passés au naturel. Concernant la gélatine, il s’agit là aussi d’un projet qui a débuté il y a plusieurs mois. Yoplait n’avait pas prévu de communiqué car la formulation finale n’a pas encore été validée. On peut toutefois émettre deux hypothèses. Comme Yoplait simplifie les listes d’ingrédients et ne souhaite pas rajouter d’autres additifs, la nouvelle formule contiendra soit un nouvel ingrédient texturant, soit un plus grand dosage d’additifs déjà présents dans la recette (amidon transformé, pectine, carraghénanes…), dont certains sont capables d’apporter de l’onctuosité.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois