Nutrition

Le PNNS2 valide la première charte d’engagements nutritionnels collective

8 septembre 2008 - Josselin Moreau

Le secteur français de fruits transformés (compotes, confitures, fruits au sirop…) représente 476 000 tonnes. En croissance de 30% depuis 2002, il génère un chiffre d’affaires d’environ 900 millions d’euros.

La première charte collective d’engagement nutritionnelle a été signée fin juillet entre la Fédération des Industries d’Aliments Conservés (FIAC) et les Ministères de la Santé, de l’Agriculture et de la Consommation. Dans le cadre du PNNS2, l’interprofession s’engage à mieux promouvoir la consommation des fruits et à améliorer les qualités nutritionnelles des produits transformés qui en sont issus.

Allègement des teneurs en sucres ajoutés

La charte comprend plusieurs volets décrivant les actions collectives qui seront menés sur les produits à marque nationale des fabricants de compotes, de confitures et de fruits au sirop. Les produits à marque distributeurs ne sont pas concernés. Chaque entreprise signataire s’engage ainsi d’ici 2010 à réduire les teneurs en sucres ajoutés. Il s’agit par exemple de réduire d’un point le taux de sucres ajoutés sur les compotes qui contiennent en moyenne 18,8g/100g de sucres dont 12g/100g provenant des fruits. Sur les confitures, les fabricants s’engagent à diminuer les taux de sucres sous la barre des 60%. La FIAC a aussi pour objectif qu’en 2010, 90% des volumes de fruits au sirop fabriqués à marque nationale contiennent au maximum 17,5% de sucres.

Mieux communiquer et étiqueter

La charte prévoit aussi une volet communication important visant à promouvoir la consommation des produits à moindre teneur en sucres (dont allégés, sans sucres ajoutés). L’interprofession vise par exemple une augmentation de 10% de la consommation de compotes (90 000 tonnes en 2006). Elle a aussi pour objectif un développement des fruits au sirop léger, très léger au jus et au naturel pour atteindre 18% des volumes produits à l’horizon 2010, contre 13% en 2006.

Enfin la Fiac s’engage à généraliser sur 75% de produits à marque nationale l’étiquetage nutritionnel de type 2 (énergie, protéines, glucides dont sucres, lipides dont acides gras satures, fibres et sodium) et 25% de type 1 (énergie, protéines, glucides, lipides).

A lire aussi :
Saint Hubert s’engage dans la première charte nutritionnelle avec l’État

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois