Nutrition

Première chaire de médico-marketing sur les allégations de santé

28 avril 2008 - Josselin Moreau

François Allaert est professeur à l’ESC Dijon en charge de la nouvelle chaire d'évaluation médico-marketing. Il dirige l'entreprise CEN Nutriments d'études cliniques sur les allégations nutritionnelles et de santé sur les aliments.

L’École Supérieure de Commerce de Dijon Bourgogne complète son offre de formation et de recherche avec la création d’une nouvelle chaire d’évaluation médico-marketing des allégations nutritionnelles et de santé. Elle vient compléter les deux autres formations Master en industrie pharmaceutique et en alimentation santé déjà mises en place au sein de l’école.

Nouvelle réglementation

« La création de cette nouvelle chaire découle du nouveau contexte réglementaire européen qui impose aux industriels du secteur agroalimentaire d’apporter les preuves scientifiques justifiant les allégations nutritionnelles et de santé dont ils se servent pour vendre leurs produits », explique François Allaert, professeur à l’ESC Dijon en charge de la chaire et dirigeant de la société CEN Nutriments d’études cliniques.
La chaire s’intéressera donc à l’évaluation des bénéfices des aliments ou des compléments alimentaires sur la santé. L’équipe de recherche sera aussi amenée à travailler sur l’identification des profils de personnes et des déterminants des prises alimentaires. « Il s’agit de mieux comprendre les mécanismes qui déterminent les choix des consommateurs vers tel ou tel aliment », précise François Allaert.

Apporter des preuves d’efficacité

Les chercheurs et les étudiants se pencheront sur deux axes de travail dans le domaine alimentaire :
- La conception de méthodologies spécifiques aux évaluations des allégations de santé des aliments, alicaments et compléments alimentaires,
- Les déterminants sociodémographiques et hédoniques des consommateurs dans leurs choix des produits alimentaires.

La chaire s’intéressera aussi à deux autres thématiques :
- Le développement des études pharmaco-épidémiologiques et post-inscription des médicaments et dispositifs médicaux ayant obtenu une autorisation de mise sur le marché,
- Les comportements des patients/consommateurs face à l’évolution de l’accès aux biens et services médicaux : médicaments génériques, produits déremboursés, franchises médicales, évolution de la démographie médicale

« Dans le secteur alimentaire, nous devons travailler sur les notions de goût pour élaborer de nouvelles textures et saveurs qui pourront séduire les consommateurs, explique François Allaert. Le pain est par exemple un produit qu’il faut revaloriser dans l’esprit du consommateur ».

Du médicament à l'aliment

Plusieurs entreprises du secteur pharmaceutique et d’études cliniques sont déjà partenaires de la chaire. « Nous souhaitons aussi entamer des partenariats avec les mutuelles de santé et les grands agroalimentaires pour pouvoir développer des projets spécifiques, souligne François Allaert. Car, si l’évaluation du bénéfice d’un aliment utilise les mêmes méthodes statistiques que pour les médicaments, il est bien plus difficile de prouver l’action directe et rapide d’un aliment sur la santé. Les notions de temps et de doses sont beaucoup importantes dans le secteur alimentaire que dans celui du médicament. »

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois