Prova rénove son siège social avec un projet de conception bioclimatique. Crédit photo atelierphilippemadec

Ingrédients

Prova reprend l’usine Boiron et rénove son siège social

14 avril 2022 - Amelie Dereuder

Le spécialiste des arômes bruns va adapter l’usine de Montrichard (41) pour réaliser de l’extraction. En parallèle, la société familiale modernise son siège à Montreuil-sous-bois (93) avec un projet bioclimatique.

Fabricant d’extraits et d’arômes bruns, Prova continue de s’étendre. L’entreprise familiale a prévu d’investir 50 millions d’euros d’ici cinq ans dans son outil industriel. Ce plan intègre la modernisation et l’agrandissement du site historique d’extraction à Autruy-sur-Juine (45), une implantation industrielle en Thaïlande et la reconversion de l’usine Boiron de Montrichard (41), fermée fin 2021. La société française va injecter 18 millions d’euros pour adapter le site et compte recruter 60 personnes pour l’ouverture en 2023. Cet  investissement va permettre d’augmenter les capacités de production et surtout de désengorger son usine d’extraction car l’entreprise a vu ses ventes augmenter de 20 % l’an dernier.

« En complétant notre dispositif industriel dans la région Centre-Val-de-Loire, nous développons notre expertise et portons haut et fort nos valeurs d’entreprise française. Ce site accueillera des activités de mélange d’arômes pour l’industrie alimentaire. Il nous faudra plusieurs mois afin de le reconvertir à nos activités. Avoir un second site de production est rassurant pour notre entreprise, mais aussi pour nos clients et nos assureurs. C’est un site de grande qualité avec une histoire, des savoir-faire, un niveau d’hygiène élevé et un bassin d’emploi de qualité. C’est pourquoi nous aurons à cœur d’embaucher localement », explique Muriel Acat, présidente de Prova.

Un siège de conception bioclimatique à Montreuil-sous-bois

En parallèle, l’entreprise familiale rénove son siège social de Montreuil-sous-bois (93). Le projet de près de 6 millions d’euros prévoit l’ajout de nouveaux bâtiments en extension, la rénovation d’un bâtiment existant et la déconstruction de petits bâtiments annexes. La particularité est aussi une conception bioclimatique, avec une ventilation naturelle, une isolation thermique en fibre de bois bio-sourcée, la création de jardins suspendus et de cours végétalisées, et l’utilisation de matériaux issus de matières premières durables et responsables.

Dans une démarche de réemploi, Prova a demandé aux entreprises du chantier d’opérer une « déconstruction sélective » pendant la phase de démolition des bâtiments existants, afin de pouvoir collecter et donner aux associations locales les mobiliers, portes, fenêtre, équipements sanitaires ou techniques. Prova veut aussi respecter la charte « Chantier Faibles Nuisances », avec une attention apportée à la consommation d’énergie et d’eau, au respect des végétaux existants, à la gestion des déchets et à la limitation des nuisances.

Fondée en 1946 par Marcel Acat et Hugo Oller, Prova emploie 300 personnes et a généré un chiffre d’affaires de 110 millions d’euros en 2021, dont 70 % à l’international.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois