Novel Foods

Quatre autorisations pour le lycopène

19 mai 2009 - Pierre Christen


Quatre décisions de la Commission européenne, publiées les 23, 28 et 30 avril 2009, autorisent en tant que nouvel ingrédient alimentaire l’utilisation du lycopène dans certains aliments, suite aux dossiers « Novel Foods » déposés par les sociétés BASF, Vitatene, Lycored et DSM.
Trois autorisations concernent un lycopène CWD (cold water dispersion) obtenu par biosynthése par le champignon Bakesla trispora suivie d’un process extraction-purification et cristallisation. Ces trois autorisations, qui ont suivi la procédure décrite par le règlement européen 258/97, concernent :
- Le dossier déposé en octobre 2005 par BASF et qui a obtenu un avis positif de l’Efsa le 10 avril 2008 (voir Décision) ,
- Le dossier déposé le 18 juillet 2008 par DSM Nutritional Products et qui a obtenu un avis positif de l’Efsa le 04 décembre 2008, sur la base de l’avis de l’Efsa du 04 décembre 2008 (voir Décision).
- Le dossier déposé le 17 octobre 2007 par la société espagnole Vitatene Antibiotics, et qui a obtenu un avis positif de l’Efsa le 04 décembre 2008 (voir Décision ).

Vitatene avait déjà obtenu une autorisation, par une décision de la Commission européenne en date du 23 octobre 2006, pour l’utilisation de lycopène biosynthétisé par B. trispora, selon la procédure « Novel Foods » sur des les catégories d’aliments (matières grasses à tartiner, produits de type lait et produits à base de lait, condiments, assaisonnement, moutarde, sauces , potages et sucre-confiseries) à des doses comprises entre 0,2 mg/100 g et 0,7 mg/100g. Cette autorisation était fondée sur un avis de l’Efsa en date du 21 avril 2005.

La quatrième autorisation concerne un lycopène provenant de l’oléorésine de tomate, proposé par la société israélienne LycoRed (représentée par Ottaway & associates). Ce dossier a obtenu un avis positif de l’Efsa 24 avril 2008, suite à un dépôt initial en date du 7 septembre 2004 auprès de l’autorité britannique de référence. L’oléorésine est obtenue par une extraction (via des solvants) de tomates (Lycopersicon esculentum). Le taux de lycopène dans l’oléorésine est compris entre 5 et 15 % (voir Décision).

La liste des aliments dans lesquels l’addition de lycopène, selon les quatre autorisations délivrées par la Commission européenne, est la suivante :
- boissons à base de jus de fruits et de légumes (inclut concentrés) : 2,5 mg/100 g
- boissons de l’effort : 2,5 mg/100 g
- aliments de contrôle du poids pour régime à apport calorique restreint : 8 mg/repas remplacé
- céréales de petit-déjeuner : 5 mg/100g
- matières grasses et assaisonnements : 10 mg/100 mg
- soupes (hors soupe de tomate) : 1 mg/100 g
- pains : 3 mg/ 100 mg
- aliments diététiques à visée médicale : en accord avec les requis nutritionnels particuliers
- compléments alimentaires* : 15 mg/par dose journalière recommandée.

Dans les quatre cas, l’Efsa a demandé aux fournisseurs d’établir un programme de contrôle accompagnant la mise sur le marché de leurs ingrédients. Le programme devra englober la collecte d’information sur les niveaux d’utilisation de lycopène dans les aliments. A horizon 2014, et compte tenu des données recueillies, les autorisations promulguées feront l’objet d’une réévaluation.

Ces précautions s’expliquent par la volonté des experts de l’Efsa de prévenir la consommation excessive de lycopène. Le Jecfa (Comité d’évaluation des additifs alimentaires de la FAO et de l’OMS) a établi pour le lycopène une dose journalière admissible (DJA) de 0,5 mg par kilogramme de poids corporel par jour, pour toutes les sources.

Dans son avis « Utilisation du lycopène en tant que colorant alimentaire », adopté le 30 janvier 2008, le groupe scientifique « Additifs alimentaires, auxiliaires technologiques et matériaux en contact avec les aliments » de l’Efsa a toutefois signalé que certains groupes de population comme les enfants d’âge préscolaire et scolaire peuvent dépasser la DJA. L’Efsa précise que les boissons non alcoolisées aromatisées constituent la source de lycopène potentielle la plus importante, contribuant à hauteur de 66 % de la consommation totale chez les adultes et plus de 90 % pour les enfants d’âge préscolaire.

Le lycopène extrait de tomate est en effet un colorant alimentaire (E160d) répandu. L’exposition quotidienne totale au lycopène utilisé comme colorant alimentaire pourrait se situer dans une plage de 2 à 6 mg en moyenne, et atteindre 23 mg au niveau le plus élevé.

De plus, les sources naturelles de lycopène sont nombreuses : tomates et produits à base de tomate (ketchup, purée,…), les légumes et les fruits tels que la pastèque, le pamplemousse rose et la papaye. Une consommation élevée de fruits et de légumes, notamment de produits à base de tomate, peut être à l’origine d’ingestions occasionnelles de 20 mg de lycopène par jour.

* sauf Lycored.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois