Ingrédients

Quelle teneur en polyphénols ?

12 janvier 2010 - Pierre Christen

La base de données Phenol Explorer permet déterminer la teneur en polyphénols d’un aliment. Par exemple, une simple requête sur le chocolat noir donne un profil polyphénolique riche en flavanols (catéchine, épicatéchine,…), en flavonols (quercétine), en acides phénoliques (acide férulique) et, dans une moindre mesure, en stilbènes (tel le resvératrol). © steve-photo - Fotolia.com

 

Acides phénoliques, anthocyanes, flavonols, catéchine, … la notoriété des polyphénols va croissante. Ces métabolites présents dans les végétaux sont en effet d’importants bioactifs aux propriétés antioxydantes. Leurs effets protecteurs vis-à-vis de grandes pathologies sont de mieux en mieux connus, notamment contre le cancer et les maladies cardio-vasculaires. Dernière recherche prometteuse en date, une équipe de l’Inra de Theix-Clermont Ferrand a démontré dans une étude que les isoflavones des fourrages se retrouvent dans le lait des animaux les ayant consommés, sous une forme plus active que dans la plante d’origine. Une piste prometteuse pour les productions animales. Les chercheurs de l’Inra sont en pointe, au niveau mondial, sur le sujet.

 

35000 valeurs, 500 polyphénols

 

L’organisme de recherche français a mis en ligne Phenol-Explorer (Database on polyphenol content in foods), à destination des épidémiologistes et des industriels. Lancée mi-2009, cette base de données accessible gratuitement permet de réaliser des requêtes pour connaître les teneurs en polyphénols d’un aliment ou d’un régime, ou celles d’un polyphénol particulier dans l’ensemble des aliments. Chaque donnée de composition est liée à une documentation textuelle spécifique et aux différentes publications scientifiques utilisées pour la générer. Les objets de la base (polyphénols et aliments) sont liés par des liens hypertextes aux principales bases de données de chimie ou sur les aliments. Selon le chercheur Augustin Scalbert de l’unité Nutrition humaine de l’Inra Clermond-Ferrand, « elle contient plus de 35 000 valeurs sur 500 polyphénols différents dans plus de 400 aliments ». Réalisé en partenariat avec le Ciqual (Afssa), le département de sciences informatiques de l’Université d’Alberta au Canada ainsi qu’Unilever, Danone et Nestlé, cet offre la possibilité aux équipes R&D d’identifier les sources alimentaires des 515 composés phénoliques répertoriés, ce qui constitue une aide pour le développement de nouveaux produits.

 

Progrès par rapport à la base américaine

 

www.phenol-explorer.eu

Grâce à cet outil, elles pourront déterminer la contribution de leur produit à l’apport total en polyphénols, une information potentiellement valorisable auprès du consommateur. Par exemple, une simple requête sur le chocolat noir donne un profil polyphénolique riche en flavanols (catéchine, épicatéchine,…), en flavonols (quercétine), en acides phénoliques (acide férulique) et, dans une moindre mesure, en stilbènes (tel le resvératrol). Selon l’Inra, cet outil constitue ainsi un progrès substantiel par rapport à la base américaine (USDA, 50 polyphénols) faisant référence à ce jour.

 

 

  • A consulter : www.phenol-explorer.eu
Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois