Ingrédients

Romarin : la mise au point de Naturex

14 juin 2011 - Pierre Christen

rosemary,herb,plant,sprig,fresh,aromatic,cooking,fragrant,leaves,culinary,edible,gourmet,cuisine,ingredient,ingredients,aroma,aromatic,flavourful,flavorful,taste,cooking,culinary,isolated

Conformément aux directives 2010/67/UE et 2010/69/UE, depuis le 1er avril 2011, les extraits de romarin désaromatisés utilisés dans un but de conservation sont classés en tant qu’antioxydants et doivent être spécifiés sur la liste d’ingrédients : « antioxydant : extrait de romarin » ou E 392. Ce nouveau statut légal est le fruit d’un long chantier, mené par l’association de trois producteurs européens (Naturex, Raps et Robertet) suite à la volonté des autorités de contrôle, au milieu des années 90, de mettre un terme à l’étiquetage « arôme naturel » ou « extrait de romarin » pour des extraits utilisés avec une fonctionnalité de conservation. Il fait suite à l’avis positif de l’Efsa relatif à la sécurité de ces extraits, adopté en mars 2008.

Climat de confusion

Sauf que, dans la pratique, « alors que la réglementation est claire, certains acteurs du marché, par méconnaissance ou par démarche commerciale, créent un climat de confusion, constate Baptiste Demur, responsable de marché Food Preservation chez Naturex. Dès qu’un extrait est neutre sur le plan aromatique et apporte une activité antioxydante, il n’est pas possible de le déclarer en tant qu’arôme naturel », rappelle-t-il. En effet, la nouvelle réglementation précise bien qu’aucun extrait de romarin contenant les diterpènes phénoliques que sont l’acide carnosique et du carnosol (les composés antioxydants), et n’apportant pas de goût de romarin dans le produit fini, ne peut être déclaré « arôme naturel » au sein de l’Union européenne. De plus, la réglementation précise les quatre procédés de production autorisés à partir de solvants d’extraction (éthanol, acétone et hexane) et d’extraction au CO2 supercritique, ainsi que les critères de pureté correspondants et les applications autorisées.

« En tant que leader du marché, la volonté de Naturex est d’attirer l’attention des industriels sur les exigences réglementaires s’appliquant désormais aux extraits de romarin, en vue d’éviter que certains fournisseurs ne les entraînent vers des positions répréhensibles », affirme Baptiste Demur.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois