Ingrédients

Roquette ré-investit 40 millions d'euros dans le pois

12 juin 2017 - Amélie Dereuder

Le pois rencontre actuellement un large plébiscite de la part des industriels et des consommateurs. Pour répondre à la demande croissante, Roquette a de nouveau investi 40 millions d’euros à Vic-sur-Aisne pour augmenter ses capacités de production de protéines de pois. Crédit photo Roquette.

Après avoir investi 300 millions d’euros pour construire la plus grosse usine de pois du monde au Canada, Roquette renforce aussi ses capacités de production en France. Le groupe nordiste vient de dédier 40 millions d’euros à son site de Vic-sur-Aisne (02), sachant que la même somme avait été allouée à l’usine en 2015. L’investissement va permettre d’étendre le site destiné à la production de protéines de pois, dont la demande mondiale va grandissante. « Ce nouvel investissement significatif marque une étape importante dans le déploiement de la stratégie de Roquette. En augmentant notre capacité de production dans le secteur des protéines de pois, nous répondons à une demande forte et croissante pour des solutions nutritionnelles végétales et renforçons notre leadership sur ce segment », explique Jean-Marc Gilson, directeur général du groupe.

250 000 tonnes par an sur deux sites

Les deux sites de production au Canada et en France vont pouvoir proposer une offre plus importante, particulièrement en Amérique du Nord et en Europe. D'ici 2019, la capacité combinée des deux usines va atteindre 250 000 tonnes par an, ce qui devrait selon Jean-Marc Gilson, mettre le groupe au premier plan pour ces ingrédients. Le challenger de Roquette, le belge Cosucra, avait de son côté investi 30 millions d’euros pour augmenter ses capacités de production en 2015 sur le site de Warcoing.

Le pois rencontre actuellement un large plébiscite de la part des industriels et des consommateurs. Il offre des protéines végétales de bonne qualité nutritionnelle, il est sans OGM et n'est pas allergène. de plus, il est économe en eau et se cultive beaucoup dans le Nord de la France et en Belgique. Son amidon et ses fibres peuvent également être valorisés. La demande du côté des consommateurs est principalement tirée par la nutrition sportive et senior, ainsi que par les produits hyperprotéinés, que ce soit des barres, des boissons à réhydrater ou encore des substituts de viande.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois