Ingrédients

Tereos et Cristal Union, deux façons de préparer l'après quotas

1 février 2016 - Amélie Dereuder

A partir d'octobre 2017, les fournisseurs européens de sucre pourront produire plus et exporter autant qu'ils le souhaitent. Tereos et Cristal Union ont chacun leur façon de construire l'après-quotas. Crédit photo : Fotolia- delkoo

Les deux leaders du sucre français, Tereos et Cristal Union, préparent la fin des quotas en 2017. Interviews.

Alexandre Luneau, membre du comité exécutif du groupe Tereos

2017 va représenter un changement important. Comment vous préparez-vous ?

En préparation de la fin des quotas, nous avons décidé de rapprocher nos différentes filiales sous la même marque Tereos et de mutualiser nos compétences. A partir d'octobre 2017, les fournisseurs européens de sucre pourront produire plus et exporter autant qu'ils le souhaitent. Cela demande d'être structuré tant dans la gestion de la production que commercialement et d'avoir une taille critique pour faire face aux changements importants dans l'offre et la demande. Tout le monde ne pourra pas suivre, en particulier les acteurs subventionnés comme les raffineries qui risquent de souffrir. Cela représente tout de même une belle opportunité car la France va être en position de leader européen sur les marchés d'exportation et pourra viser des marchés en Europe et à l’international.

Comment vous développez vous à l'international ?

En rachetant le sucrier anglais Napier Brown, nous avons obtenu une base solide de commercialisation au Royaume-Uni. L'Italie et l'Espagne seront aussi en déficit de sucre et nous avons déjà des filiales et des sites de production dans ces marchés. Fin 2014, le groupe Tereos a aussi créé une société de négoce, Tereos Commodities, qui se concentre sur les marchés hors UE en particulier l'Afrique et le Moyen Orient. Nous visons 15 % du marché mondial du sucre blanc d'ici 2020.

Matthieu Simonin, directeur adjoint marketing chez CristalCo*

Comment appréhendez-vous la fin des quotas sucriers ?

2017 représente un changement important pour notre filière. Depuis quelques années, nous nous transformons pour répondre au mieux aux évolutions qui auront lieu en Europe. La première pierre est de travailler la visibilité de notre marque commerciale BtoB, marché qui représente 85 % de notre volume. Notre nouvel objectif est de comprendre encore mieux les métiers de nos clients et de les accompagner sur un marché de plus en plus compliqué. Nous avons donc segmenté notre offre en fonction de leurs besoins pour être au cœur de leurs projets. Cette posture commerciale nécessite beaucoup d'écoute et d’échanges avec nos clients.

Un développement à l'international est-il aussi prévu ?

Nous avons des ambitions à l'export. La liste des pays hors Union européenne que nous livrons s’allonge d’année en année. Nous avons noué des partenariats en Italie, en Grèce, en Algérie et aussi à l’Île Maurice, d’autres vont suivre.

*CristalCo est la filiale de commercialisation du sucre, d'alcool et d’éthanol de Cristal Union.

En complément …

Le groupe Cristal Union a annoncé le démarrage de la production de sucre à la raffinerie d'Ouled Moussa, en Algérie (30 km d'Alger). Cette raffinerie ultramoderne est co-détenue par Cristal Union et le groupe alimentaire algérien LaBelle. La raffinerie doit produire un sucre industriel de haute qualité aux normes internationales et du sucre de bouche de première qualité, en plus des sous-produits commercialisables consistant en de la mélasse et des écumes. Dans un premier temps, l’usine produira 350 000 tonnes de sucre, soit 1000 tonnes par jour, puis environ 700 000 tonnes en fonctionnement normal.


Tereos et APM Déshy (luzernes et betteraves déshydratées) se regroupent pour préparer la réforme de la PAC et la baisse des aides directes aux exploitations. En s’unissant, Tereos et APM Déshy pourront faire jouer les complémentarités entre les filières betterave, pomme de terre de fécule et luzerne afin de valoriser les productions agricoles et offrir des perspectives nouvelles à leurs adhérents. Le projet doit encore être soumis à l'approbation des Assemblées Générales des coopératives d’ici fin juin 2016.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois