Ingrédients

Un Sial tendance « naturel »

21 octobre 2008 - Pierre Christen

Un Sial très « naturel »
Le Sial 2008 fait la part belle aux produits bio, clean label ou marketés « fait comme à la maison ». Analyse d'un sociologue.

Au Sial 2008 qui se déroule actuellement à Paris Villepinte, la tendance numéro un est sans conteste la naturalité. En marge de l'évènement de nombreux experts ont décrypté le phénomène, dont Olivier Lepiller, doctorant en sociologie à l'université Toulouse Le Mirail.

"Dans l'esprit des consommateurs, la nature est au cœur des représentations de l'acte de manger, affirme-t-il. C'est une représentation ancienne datant des préceptes d'Hippocrate qui sont restés en vigueur jusqu'au 19ème siècle. Le présupposé est qu'il y a une adaptation ancestrale de l'homme à des aliments naturels". Dès lors, les maladies de civilisation telles que l'obésité sont expliquées par les consommateurs par des erreurs alimentaires qui ont rompu cet équilibre.
Dans l'esprit des consommateurs, « pour parer à ces déséquilibres provoqués par les aliments industriels, la solution qui apparaît consiste à revenir à plus de naturel, qui se définit par opposition à l'artificiel », indique Olivier Lepiller.
On comprend donc que les produits industriels perçus a priori contre-nature peuvent tout de même répondre à l'attente de naturalité à condition de remplir les critères substantiels de la naturalité ? Selon le sociologue, le respect de la naturalité implique le respect des cycles naturels (saisons), celui du bien-être animal, ainsi que l'implication dans des actions positives pour l'environnement. Le consommateur attend l'absence de techniques ou l'utilisation de techniques traditionnelles ne dénaturant pas le produit. L'idée : tirer le meilleur parti de la nature du produit. Enfin, cela va de pair avec l'absence de tout ajout d'ingrédients et de tout retrait (aliment complet).

Long terme

Pour le sociologue, la naturalité est une tendance au long terme. « Les industriels et la grande distribution ont étiré la relation entre le mangeur et les aliments. Des intermédiaires se sont ajoutés accompagnés d'une opacité (que se passe-t-il dans les usines ?) et d'une déshumanisation (les linéaires n'ont rien à voir avec les marchés), constate-t-il. Ce phénomène contribue à accroître la méfiance des mangeurs ».
Selon les individus, les définitions de la naturalité diffèrent, de l'exigence de produits labellisés bio à la chasse aux additifs. « La naturalité est une notion multidimensionnelle qui fait appel à des concepts de santé, plaisir, éthique écologique et sécurité de choix, résume Olivier Lepiller. En conclusion, les industriels désireux de surfer sur la vague du naturel doivent répondre à la question fondamentale de la dénaturation : quels procédés sont perçus dénaturants ? Quelles pratiques alimentaires apparaissent non naturelles ?

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois