Ingrédients

Valorex lance une farine de lin riche en oméga-3 digestibles

10 novembre 2014 - Amélie Dereuder

  • Valorex lance une farine de lin riche en oméga-3 digestibles

    • Les graines de lin ne pouvant pas être consommées crues, ce qui a nécessité la mise au point d'un procédé spécial, qui détruit les composés toxiques de la graine (acide cyanhidrique) et libère les matières grasses, dont les fameux oméga-3. Deux brevets protègent le procédé. François Millet, le responsable de production, détaille le process utilisé, appelé Tradi-lin : « Lors de la réception, nous analysons les graines par infrarouges pour obtenir leur composition en matières grasses et en oméga-3. C'est sur cette base que nous rémunérons les agriculteurs contractualisés. »

    • Les graines sont nettoyées et débarrassées des impuretés. Puis 50% de lin et 50% d'une céréale « buvard » ou support sont mélangées, qui va donner une farine beaucoup moins pâteuse. Cette dernière va capter la matière grasse. Valorex utilise de la farine de blé, de sarrasin, d'orge malté ou de riz...

    • Le tout est ensuite broyé, mis à maturation pendant une trentaine de minutes en injectant de la vapeur. Ce qui va activer certaines enzymes de la graine de lin, qui vont dégrader l'acide cyanhydrique. Le mélange passe ensuite par une étape d'extrusion, un refroidissement, un nouveau broyage pour obtenir la granulométrie voulue.

Valorex propose du lin brun et lin jaune dans des farines mixtes de différentes granulométries allant de 600 à 1800 microns.

En 2010, Valorex a développé une farine de lin digestible par l'Homme grâce à sa technologie de cuisson-extrusion Tradi-lin. L'entreprise commercialise aujourd'hui une version encore plus riche en oméga-3 grâce notamment à une nouvelle sélection variétale. Reportage.

Auparavant spécialisé dans l'alimentation animale, Valorex applique depuis 2010 son savoir-faire à la nutrition humaine pour obtenir une farine de lin digestible par l'homme et dont les oméga-3 sont plus biodisponibles. La dernière amélioration vient de sélection de graines de lin jaune contenant 65 à 70% d'oméga-3, plus exactement d'acide alpha-linolénique (ALA) . Généralement les graines de lin ont des teneurs d'oméga-3 allant de 3 à 70% de la matière grasse. Désormais, la farine contient 13% d'oméga-3 et Valorex recommande une incorporation entre 1 et 10% dans le produit fini. « Après notre process d'extrusion, les oméga-3 deviennent plus biodisponibles. Dans la graine cuite, l'organisme humain capte environ 10% des oméga-3, 20% si elle est broyée. Quand elle est extrudée, cela monte à 80% ! Les enzymes pro-oxydantes sont quant à elles dénaturées, ce qui aide aussi à stabiliser cette farine riche en matière grasse », argumente François Millet, responsable de production.

Les matières premières (lin et céréales annexes) sont d'origine France, et la gamme est aussi commercialisée en bio. Différentes couleurs (lin brun et lin jaune) sont disponibles et Valorex vend des granulométries allant de 600 microns (fabrication de pâtes) à 1800 microns (pour les meuniers). Outre l'intérêt nutritionnel lié à l'enrichissement en oméga-3, cette farine mixte a d'autres atouts. Béatrice Dupont, directrice développement, fait le compte : « Il s'agit de farines grasses, qui peuvent permettre de diminuer l'apport en matières grasses dans un produit fini. En ajoutant 5% de ces farines, il est possible de retirer 1% de beurre ou d'huile... de plus, elles apportent moelleux, couleur et richesse en fibres solubles.»

Ces farines trouvent des applications en meunerie, boulangerie-viennoiserie-pâtisserie, pâtes, biscuits... Et récemment petfood. « C'est une demande qui est venue des industriels, qui souhaitent remplacer l'huile de poisson par un produit gras solide et riche en oméga-3. Cela donne aux animaux domestiques un poil brillant, une meilleure fluidité sanguine et peut participer à réduire l'obésité des chiens et des chats... » explique Béatrice Dupont. Mais pour l'instant, Valorex se concentre surtout sur la recherche d'autres matières premières aux propriétés nutritionnelles intéressantes comme le chia ou des céréales riches en polyphénols. Comme piste d'amélioration, la société réfléchit à proposer des produits sans gluten et donc à ne plus utiliser de blé.

Retrouvez le process en images

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois