Ingrédients

Vitamine K2-7 : un potentiel à confirmer

2 avril 2013 - Pierre Christen

Les produits laitiers peuvent être une application de choix pour la vitamine K2-7. Crédit : Frutarom.

Comme de nombreux autres actifs santé, la vitamine K2-7, autrement dénommée ménaquinone, offre un potentiel santé prometteur. Une étude néerlandaise publiée en 2004 dans The Journal of Nutrition fait aujourd'hui référence. Portant sur plus de 4800 sujets pendant dix ans, elle établit un lien positif entre un enrichissement en vitamine K2-7 à partir d'une dose journalière relativement faible (45 µg/j) et la réduction de la calcification aortique, de l'infarctus du myocarde et de la mortalité cardiovasculaire.

D’autres études mettent en exergue un bénéfice sur la santé osseuse. La vitamine activerait une protéine, l'ostéocalcine, qui inhiberait l'agrégation du calcium sur la paroi artérielle, et susciterait le transfert du calcium du sang vers les os. Ce qui améliorerait la fixation du calcium et la qualité de l’os.

Le frein majeur pour valoriser ces effets sur le marché européen provient de l'avis négatif de l'Efsa, publié en juin 2012, confirmant un premier avis de 2009. Il conclut négativement à la possibilité pour la vitamine K2-7 seule de revendiquer une relative à la santé du cœur ou des vaisseaux sanguins.

Reste la possibilité de miser sur la famille des vitamines K (sans distinction du type 1 ou 2), qui a obtenu en 2009 un avis positif pour des allégations de santé génériques "maintien des os normaux et de la coagulation sanguine normale ». Ce qui favorise l'utilisation de la K1, moins onéreuse que la K2-7.

Si le marché reste en attente, des industriels se sont préparés. Pour preuve, un brevet déposé par Friesland Campina et publié en novembre 2012, visant la santé vasculaire. Le produit imaginé par la coopérative néerlandaise est un yaourt aux fruits, qui associe la K2-7 à du calcium et du magnésium. La présence des deux minéraux selon un rapport Ca/Mg de 1,8 à 2 a son importance. Ce ratio optimal permet de diminuer les quantités de K2 nécessaires à effet santé équivalent. Ce qui diminue le risque de coagulation du sang, associé avec les fortes teneurs de K2, et, bien sûr, optimise le coût de revient.

>>Retrouvez l’article complet « Vitamine K2-7, un potentiel à confirmer », dans notre numéro d'avril à paraître.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois