Usine nominée

Nicolas Feuillatte s'engage de la vigne à la bouteille

15 mars 2011 - Josselin Moreau

  • Champagne Nicolas Feuillatte, nominé du Prix de l'Usine alimentaire durable 2011

    • Le centre vinicole Champagne Nicolas Feuillatte, près d’Épernay, fédère plus de 84 coopératives et 5500 vignerons. C’est le plus grand groupement de producteurs de l’aire d’appellation.

    • Cave enterrées. L’investissement le plus marquant est celui de 8 M€ réalisé en 2009 pour creuser de nouvelles caves à 17 mètres de profondeur. 19 millions de bouteilles supplémentaires peuvent y être stockées sur deux niveaux sous l’usine.

    • « 35% des bouteilles sont actuellement stockées en sous-sol si l’on compte les premières caves enterrées construites dans les années 90, contre 65% hors-sol », se félicite Christophe Landat, responsable qualité et développement durable. L’isolation thermique par la craie y est naturelle : Nicolas Feuillatte réalise ainsi entre 300 000 à 400 000 kWh par an d’économies de climatisation. Autres actions fortes, l’isolation de l’atelier de remuage (-50% de consommation électrique) et l’achat de 100% de l’électricité issue d’énergies renouvelables.

    • « Depuis, nous avons mené différentes actions pour réduire nos consommations d’eau. À présent, notre ratio est de 0,37 litre utilisé par bouteille, ce qui est 70% en dessous des moyennes de la profession, détaille Christophe Landat. Nous avons aussi installé des équipements de nettoyage en place et investi dans des convoyeurs ne nécessitant pas de lubrification. » En photo, la rinceuse-remplisseuse de bouteille La Girondine qui traite 20000 bouteilles par heure.

    • Épuration de l'air. Dernière innovation à noter dans la salle de remuage, l’installation en 2009 d’épurateurs d’air par photocatalyse (Photoclean Quartz) pour éviter la formation de moisissures sur les sols et les murs. Bilan : une réduction importante des cycles de lavage.

    • La matière première (les moûts) et les emballages sont deux postes prioritaires d’éco-conception. En 2010, les bouteilles ont été allégées de 7%, soit autant d’émission de gaz à effet de serre en moins en logistique. Du côté des packagings, ils ont été revus pour être recyclables (mono-matériau) ou moins émissifs en carbone. Tout développement est à présent soumis à une analyse de cycle de vie (ACV).

    • Conditions de travail. Nicolas Feuillatte a créé en 2008 un observatoire du climat social dont l’objectif est d’écouter les attentes des salariés via un nouveau canal d’information complémentaire aux circuits hiérarchiques et aux représentants du personnel. En production, l’entreprise a réalisé plusieurs études de postes permettant d’intégrer les personnes handicapées et de prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS).

    • Un travail important a aussi été réalisé sur le bruit, avec la création d’un atelier de transfert sur gyro-palettes à niveau sonore réduit (70 dB). « En 2012, nous comptons formaliser notre démarche RSE en intégrant le référentiel Iso 26000 », explique Christophe Landat. En photo, l'atelier de conditionnnement final, après habillage des bouteilles.

    • Christophe Landat, responsable Qualité et Développement Durable de Nicolas Feuillatte : « Nous allons bientôt commercialiser une bouteille à impact environnemental réduit dont 100% de l’emballage sera recyclable ou issu de déchets végétaux ». Le marché du bio, pour lequel une cuvée spéciale est prévue pour la première année, restera quant à lui limité en raison des fortes pressions fongiques exercées sur les parcelles de vignes situées en limite septentrionale de la zone d’appellation.

    • Dominique Pierre, directeur général de Nicolas Feuillatte : « L’esprit de coopération est au cœur de notre politique de développement durable. Par exemple, nous partageons notre savoir-faire avec les viticulteurs pour préserver notre terroir, et favorisons les collaborations avec nos prestataires locaux pour faire vivre le bassin régional d’emploi. »

Le centre vinicole Champagne Nicolas Feuillatte, près d’Épernay, fédère plus de 84 coopératives et 5500 vignerons. C’est le plus grand groupement de producteurs de l’aire d’appellation. « Cette origine coopérative place l’homme et le terroir au centre de nos préoccupations, affirme Dominique Pierre, directeur général de Nicolas Feuillatte. Il y a quinze ans déjà, nous avons créé le premier poste de technicien de la vigne pour former les viticulteurs à l’agriculture raisonnée. » Depuis, le centre vinicole, qui a tiré 22 millions de bouteilles en 2010, mène une politique ambitieuse en matière de développement durable. Avec des résultats à la clé qui lui ont permis de se hisser à la deuxième place du Palmarès 2011 du Prix de l'Usine alimentaire, comme le fabricant d'aliments biologiques et naturels Naturenvie. La biscuiterie Filet Bleu a été primé lauréate de l'édition 2011 par Philippe Rouault, président du jury, lors de la soirée du Cfia, le 15 mars 2011 à Rennes.

Chez Nicolas Feuillatte, l’investissement de 8 M€ réalisé en 2009 pour creuser de nouvelles caves à 17 mètres de profondeur permet de stocker 19 millions de bouteilles sur deux niveaux sous l’usine. L’isolation thermique par la craie y est naturelle : Nicolas Feuillatte réalise ainsi entre 300 000 à 400 000 kWh par an d’économies de climatisation.

Au niveau des consommations d'eau, le centre vinicole présente un ratio de 0,37 litre utilisé par bouteille, ce qui est 70% en dessous des moyennes de la profession, grâce à différentes optimisations et à l'investissement dans des épurateurs d’air par photocatalyse (Photoclean Quartz). Bilan : une réduction importante des cycles de lavage. Côté éco-conception, les bouteilles ont été allégées en 2010 de 7%. Les packagings ont été revus pour être recyclables (mono-matériau) ou moins émissifs en carbone. Tout développement est désormais soumis à une analyse de cycle de vie (ACV).

Le volet sociétal est lui aussi très actif. Un observatoire du climat social créé en 2008 permet d'écouter les attentes des salariés via un nouveau canal d’information complémentaire aux circuits hiérarchiques et aux représentants du personnel. En production, l’entreprise a réalisé plusieurs études de postes pour prévenir les TMS et agir contre le bruit. En 2012, Nicolas Feuillatte envisage de formaliser sa démarche RSE en intégrant le référentiel Iso 26000.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois