Brasserie Licorne a installé un osmoseur compact BWT Sigma HP4. (Crédit : Philippe Stirnweiss)

Utilités

Brasserie Licorne réduit l’empreinte carbone de sa production de vapeur

6 mars 2022 - Stéphanie PERRAUT

Grâce à l’installation d’un osmoseur BWT en entrée de chaudière vapeur, le brasseur alsacien fait l’économie de 15 m³ d’eau par jour et réduit sa consommation annuelle de gaz de 500 MWh, soit l’équivalent de 10 tonnes de CO2 non émises.

Sur son site de Saverne (67), la Brasserie Licorne produit près d’un million d’hectolitres de bière par an. Certifiée Iso 9 001 et Iso 14 001, elle a enclenché en 2018 une démarche engagée d’amélioration de ses performances productives, doublée d’une orientation forte vers la sobriété énergétique. Porté en interne par Charles Guyot, responsable projets et amélioration continue, le projet de maîtrise énergétique de la production revêt de nombreuses formes, comme l'intégration d'un récupérateur d'énergie sur les effluents gazeux ou la signature d'un contrat industriel "Eau et Climat" avec l'Agence de l'eau Rhin-Meuse. Il a aussi visé l’amélioration de la qualité d'eau en entrée de chaudière vapeur.

Un osmoseur compact

Après appel d’offres, le brasseur a choisi de remplacé son adoucisseur par un osmoseur BWT en prétraitement de l’eau de la chaufferie. Une solution éligible aux CEE (Certificat d’économie d’énergie) au titre la fiche d’opération standardisée IND-UT 125. Depuis la commande jusqu’à la mise en eau, le projet a duré un peu moins de six mois. « Avec son osmoseur compact BWT Sigma HP4, dédiés aux petits espaces, BWT a su relever le challenge de nos contraintes, particulièrement importantes, de volume disponible au sein de la chaufferie », précise Charles Guyot.

- 60 % d’eau en chaufferie

Opérationnel depuis l’été 2019, l’osmoseur BWT délivre une eau déminéralisée de haute qualité qui permet de réduire les taux de purge, de limiter la quantité d’eau nécessaire à chauffer et l’énergie nécessaire. La consommation d’eau de la chaudière est passée de 25 à 10 m³/j, soit une réduction de 60 %. A la clé, une économie d’énergie d’environ 500 MWh/an. « Avec une chaudière au gaz comme la nôtre, cela représente l’équivalent de 10 t de CO2 qui ne sont pas rejetés dans l’atmosphère » détaille le responsable technique. En tenant compte du soutien financier apporté par le dispositif CEE, le retour sur investissement de l’opération a été atteint en moins de deux ans. 
 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois