Procédés

La cellule à jet débactérise le sang animal

25 mars 2009 - Maria Guillon

La société Concept Informatisation Process a testé plusieurs technologies comme le tube à passage de courant, "mais le chauffage ohmique donne sans conteste les meilleurs résultats", indique Jacky Le Cam, dirigeant de CIP.

Comment sécuriser la fabrication du boudin noir ? C’est dans cette problématique que la cellule de chauffage ohmique à jet liquide pourrait trouver sa première application. La société Concept Informatisation Process (CIP) a réalisé, dans les laboratoires de l'Inra de Villeneuve d'Ascq (59), des premiers essais très concluants sur du sang animal : celui-ci peut être conservé jusqu’à 25 jours à +3°C.

« Nous avions commencé à développer l’application chez Europig, mais le projet a été gelé dès son rachat par Gad, explique Jacky Le Cam, dirigeant de CIP, qui recherche désormais un partenaire utilisateur pour achever le développement. La société, créée en 2004, a testé d’autres technologies comme le tube à passage de courant, mais « le chauffage ohmique donne sans conteste les meilleurs résultats, des résultats « étonnants » », explique-t-il.

D’autres essais ont également été réalisés avec du sang de volaille. Les principales difficultés consistent à garantir la sécurité du sang à la collecte, en évitant les plumes de poules, par exemple, puis à contrôler le temps de séjour du produit dans la cellule. Un capteur de niveau est pour cela développé en collaboration avec l’Ecole des Telecom de Lannion (56).
Labellisé par les pôles de compétitivité Valorial et Innoviandes, le projet de CIP a également fait l’objet d’un dossier Oseo pour développer un prototype industriel. Il sera adapté au traitement du sang, et de l’œuf, autre matière coagulante cœur de cible de cette technologie dont Process s’est fait l’écho dès les années 2005.

Pour rappel, la cellule à jet liquide a été développée par Emmepiemme et EDF R&D, notamment grâce à une thèse réalisée dans le centre de recherche des Renardières (78).

A lire

Novembre 2006 : Les traitements thermiques au service du goût
Mai 2005 : Chauffage ohmique: histoire et devenir d'un procédé unique

La cellule à jet : comment ça marche ?

Une buse d'injection placée à l'électrode haute tension et un réceptacle placé à la masse permettent de faire passer un courant électrique directement dans le jet du fluide. Les réglages du débit, de la puissance et de la hauteur de chute en fonction de la conductivité du produit permettent de réaliser un chauffage volumique homogène, avec un rendement énergétique proche de 100%. Principal avantage à son actif : elle ne s'encrasse pas dans les zones de chauffage.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois