Procédés

Performance industrielle. Soutenir les managers de proximité

1 mars 2011 - Isabelle Dulau

L’agroalimentaire est à la recherche de compétitivité. Elle sait aujourd’hui que l’encadrement de premier niveau en est un maillon essentiel. Mais quelle place lui accorder et comment valoriser son implication.

La performance est la résultante de la motivation et des compétences du personnel. C’est le management intermédiaire qui assure le lien entre la direction et le personnel. C’est lui, le garant de l’efficacité de la ligne de production. Or le métier est de plus en plus complexe et la reconnaissance pas toujours à la hauteur de l’implication. L’automatisation des industries agroalimentaires bouleverse le rapport au travail. « Aujourd’hui, on sait que c’est sur les animateurs et les opérateurs que repose l’aptitude de l’entreprise à prendre en compte les mouvements qui la traverse », précise Jacques Roussel, cabinet OZ Conseil, spécialisé en organisation et management des ressources humaines.

Entre le marteau et l’enclume

L’automatisation est une lame de fond. « Depuis 10-15 ans, il y a une course à la productivité des entreprises agroalimentaires pour maîtriser le niveau du prix de vente. Il y a eu de très forts investissements industriels pour mettre les procédés en continu. Le périmètre de la main-d’œuvre en atelier a été réduit. La mise en ligne des opérations unitaires a changé la nature du travail des opérateurs. Les activités sont plus orientées vers l’analyse, le contrôle, la réflexion », analyse Loïc Bouchaud, directeur d’Artésial, cabinet conseil en performance opérationnelle. Le manager de proximité doit aussi être capable de faire faire, d’être force de proposition et d’expliquer les processus à son équipe. Il lui faut des compétences en communication, en animation et un esprit de synthèse et d’analyse alors qu’il a été, bien souvent, promu pour ses qualités techniques.

Bref, la difficulté d’assurer le poste n’est pas tant liée au niveau de formation initiale qu’au rythme et à la pression des délais. Il y a un paradoxe pour les managers de proximité qui deviennent les chevilles ouvrières de l’entreprise. Mais qui restent encore peu reconnus dans de nombreuses entreprises. Tout dépend alors de la culture managériale de la hiérarchie.


  • Retrouvez l’intégralité de l'article "Performance industrielle : Soutenir les managers de proximité" dans le numéro de février 2011 de Process alimentaire

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois