L’association QuiEstVert dévoile son deuxième baromètre de la consommation d’électricité verte en France. Des industriels de l’agroalimentaire figurent parmi les premiers de la classe.

Energie

Qui consomme de l’électricité verte en France ?

10 février 2020 - Stéphanie PERRAUT

L’association QuiEstVert dévoile son deuxième baromètre de la consommation d’électricité verte en France. Des industriels de l’agroalimentaire figurent parmi les premiers de la classe. 

Qui consomme (déjà) vert en France ? Pendant trois mois, QuiEstVert a consulté, compilé et rassemblé les informations publiques fournies par les collectivités et grandes entreprises françaises afin de recenser celles qui ont choisi de consommer une électricité de source renouvelable. L’association a recensé 539 organisations, qui représentent une consommation annuelle totale de 188,39 TWh soit environ 40 % de la consommation d’électricité en France. Parmi elles, 100 consomment de l’électricité d’origine renouvelable de manière significative et 74 ont atteint 100 % de consommation d’électricité verte, dont 8 entreprises industrielles présentes sur le marché alimentaire : Unilever France, LVMH, Bel Group, Orangina Suntory, Coca-Cola European Partners France, Mc Donald’s, Elior Group et Picard. La coopérative bretonne Le Gouessant frôle la première marche avec 98 % d'électricité verte et mention honorable pour le groupe Nestlé avec 25 %. 

Avec le déploiement exponentiel de stratégies RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) dans l'ensemble du secteur agroalimentaire, il y a fort à parier que ces pionniers soient prochainement rejoints par d'autres. 

La dynamique des Garanties d'Origine

Selon le Ministère du Développement Durable, 35 % des émissions de CO2 européennes sont dues à la production d’électricité.  Les énergies renouvelables permettent de réduire ces émissions. En Europe, la demande d’une électricité d’origine renouvelable augmente année après année. La France suit la tendance (+ 5,8 TWh en un an), mais reste néanmoins en queue de peloton avec un taux de consommation volontaire d’électricité verte de 7,4% en 2018 (35,1 TWh). A titre comparatif, la moyenne de l’Union européenne (additionnée de la Norvège, de la Suisse et de l’Islande) est de 23 %. Le potentiel de production est réel, puisque l’Hexagone exporte des « Garanties d’Origine » (GO), ce document électronique qui fait office d’outil légal pour prouver que l’électricité est bien issue de ressources renouvelables (hydraulique, solaire, éolienne, biomasse, géothermique). Une GO achetée correspond à 1 MWh d’électricité renouvelable produite et injectée dans le réseau. Pour un consommateur, l’obtention de GO permet de réduire son empreinte environnementale. Concernant EDF seul, sur les 32 TWh de GO émises, 17 TWh ont été exportés dans d’autres pays d’Europe.

« La Garantie d’Origine nous permet de choisir ce qui doit alimenter le réseau. En utilisant des Garanties d’Origine, le consommateur exerce une pression économique en faveur de la transition énergétique à l’échelle européenne », soulignent Ivan Debay et Jean-Damien Dumas, respectivement président et directeur opérationnel de l’association QuiEstVert. « En accroissant la demande de GO (nous parlons ici des consommateurs finaux), les producteurs d’électricité se verront confrontés à une demande à laquelle ils devront faire face. De ce fait, ils seront encouragés à investir dans de nouveaux moyens de production utilisant des énergies renouvelables. »

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois