Automatisation

Six solutions interconnectées pour piloter les ateliers

3 avril 2018 - Stéphanie Perraut

  • Salon Global Industrie 2018 : le village de la continuité numérique

    • IFM Electronic a construit un process liquide miniature, constitué de plusieurs cuves instrumentées qui se remplissent et se vident alternativement en fonction d’un ordre de fabrication émis par SAP. La société a fait l’acquisition récemment de l’entreprise allemande GIB dont le logiciel SFI (Shop Floor Intergration) permet l’échange de données entre les capteurs et l’ERP. La connexion directe au réseau informatique de l’usine est possible par l’utilisation du LR Agent Embedded (logiciel intégré dans le maître IO-Link) qui transmet les valeurs à l’ERP, sans passer par l’automate.

    • Les capteurs IFM présentés sont connectés à un maître IO-Link. Le logiciel LR Device trouve tous les maîtres IO-Link dans le réseau Ethernet et crée un aperçu de l’installation. Les données sont utilisées dans le logiciel Smartobserverpour visualiser sous forme de tableaux de bord le suivi de production, l’état des équipements et la consommation d’énergie.

    • Pour illustrer la connectivité sur des applications « motion » (actionneurs), Festo a présenté un robot graveur sur son manipulateur 3D-Soft Motion. Ce système multi-axes mixe les technologies brushless et moteurs pas-à-pas. Il peut être configuré en ligne grâce à l’utilitaire « Handling Guide Online ».

    • Le contrôleur CPX de Festo permet un échange sécurisé des données, via OPC-UA, avec l’informatique d’entreprise (MES, ERP en particulier).

    • Sur son stand, Sick illustre une application connectée de contrôle qualité qui fait appel à des capteurs intelligents. Ces derniers intègrent des fonctions d’autosurveillance et de diagnostic.

    • Les capteurs de la génération « Smart Sensors » de Sick se distinguent par des fonctions logiques décentralisées. Cette disposition permet d’augmenter la vitesse de réaction et donc la productivité de l’opération.

    • Dans le panorama de solutions 4.0 présentées dans le village Continuité Numérique, Phoenix Contact joue un rôle central de sécurisation. Le fournisseur présente une simulation d’attaque virale sur un capteur de température. Le pare-feu inclus dans l’offre Mguard bloque les intrusions.

    • Les routeurs de sécurité Mguard de Phoenix Contact bénéficient de nouvelles fonctions de scans de PC industriels et de d’analyse de trames OPC-DA ou Modbus TCP/IP. La supervision est directement avertie en cas d’alerte.

    • L’entreprise de service numérique GFI Informatique a conçu un tableau de bord permettant le suivi des tours de visite sur le parcours Continuité Numérique. A l’écran, la visite numérotée «355» et le guide « huit », avec les actions en cours, achevées et non lancées. GFI Informatique est présent également en tant qu’intégrateur SAP.

    • La remontée des données depuis les différents stands permet de visualiser sous forme de tableaux de bord la performance de chacun, représentée ici par le nombre de passage par heure et par stand. Transposé en usine, ceci permet de suivre la productivité des ateliers ou des postes.

    • SAP intervient dans le collectif en tant qu’éditeur de logiciel et de service cloud avec sa plate-forme pour l’Internet des Objets SAP Leonardo IOT. L’idée est de collecter et de fédérer les informations en un point unique. C’est le concept « Digital supply chain of one », dont l’objectif est de contrôler la performance des sites industriels du niveau macro (à gauche de l’image, une représentation de sites de production répartis sur une carte du monde) jusqu’à un équipement de fabrication précis (à droite, le fonctionnement d’un actionneur robotique).

Au salon Global Industrie 2018, le "village Continuité Numérique" était constitué de six stands interconnectés et reliés par un parcours didactique d'une trentaine de minutes. Son objectif : illustrer les avantages du partage d'informations en temps réel.

Dans l’usine de demain, les systèmes informatiques et de production seront interconnectés. C’est en tout cas ce qu’a illustré le « Collectif Continuité Numérique » constitué à l’occasion du salon Global Industrie 2018. Festo, IFM Electronic, Phoenix Contact, Sick, SAP et GFI Informatique se sont rassemblés pour présenter par des exemples concrets les avantages de la connectivité et du partage en temps réels des informations dans les ateliers de fabrication.

La convergence de l'OT et de l'IT

Avec cette démarche collaborative, les membres du collectif entendent simplifier l’évolution numérique des entreprises. L’offre commune qu’ils ont mis en avant permet de piloter l’ensemble des activités d’un site de production. Elle illustre la convergence entre l’automatisme (OT pour Operational Technologies) et l’informatique d’entreprise (IT pour Information Technologies), ce qui se traduit par un langage commun, des standards opérationnels et des solutions interopérables qui couvrent la totalité de la chaîne de valeur, du capteur au cloud. Ainsi, la solution présentée permet de collecter, de corréler et d’interpréter les informations provenant aussi bien des machines que des processus de gestion. A la clé, un gain d’agilité permettant de gérer la personnalisation à grande échelle de la production.

Tout ceci était présenté dans un parcours pédagogique guidé. La visite en images ici.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois