Procédés

Spécial CFIA 2017. Des équipements et procédés plus attractifs

21 février 2017 - S. Perraut

Le système Weber Shuttle System constitue une alternative flexible et personnalisable au transport individuel de portions. L'hygiène et la traçabilité sont améliorées.

N'en déplaise aux détracteurs du secteur agroalimentaire, les équipementiers innovent sur tous les fronts pour offrir aux industriels de nouvelles opportunités de développement, dans le respect des exigences sociétales et environnementales. Les nouveautés à découvrir sur le salon témoignent d'un engagement fort vers l'innovation produit, la sécurité des aliments et l'ergonomie des postes de travail, souvent par le recours aux nouvelles technologies. De quoi dynamiser l'image des métiers de l'alimentaire et susciter des vocations.

Les nouvelles technologies simplifient le pilotage et la gestion

L'intégration des machines communicantes, déclinaison industrielle de « l'internet des objets », se poursuit dans les parcs machines. Igus fait désormais parler les câblages tandis que Gecitech trace les flexibles. ABB dote ses moteurs basse tension de capteurs intelligents. Ces derniers analysent entre autre les tendances de consommation pour identifier les équipements mal dimensionnés. Pour un traitement pertinent de ces données toujours plus fournies, les logiciels utilisent des algorithmes puissants, mais aussi des interfaces ergonomiques pour permettre à tous, cadres et opérateurs, de s'approprier les outils d'analyse. Odyssée Environnement a conçu un système de monitoring des installations de traitement des eaux, s'appuyant sur une plateforme cloud.

Dans une optique de performance mais aussi d'ergonomie du poste de travail, l'ensemble des étapes de transformation se mécanise voire se robotise. Couédic Madoré présente par exemple un ensemble robotisé de première transformation de porcs développé pour un industriel du secteur. Staübli met de son côté en avant ses robots de pick-and-place FastPicker TP80 déclinés en une version adaptée aux environnements humides. Tout ceci s'accompagne d'une communication accrue entre machines d'un côté et entre homme et machine, pour des opérations de transformation plus sûres.

Reste que ces changements doivent s'accompagner d'une montée en compétences des utilisateurs. Les équipementiers ne s'y trompent pas et accentuent leurs offres de services, en amont du choix de machines ou à la mise en route, par le biais notamment de halles d'essais et de formations. C'est une opportunité pour une industrie agroalimentaire high-tech de recruter des jeunes talents. D'autant plus la filière poursuit ses efforts dans le domaine du respect du vivant.

L'innovation par le respect de l'animal et du produit

Avec plusieurs enquêtes à charge, l'année 2016 n'a pas épargné le secteur de l'abattage. Pourtant, le bien-être animal est plus que jamais pris en compte. C'est ce que prouve Marel avec son nouveau système de manutention de volaille vivante qui alloue à chaque animal un espace plus grand et mieux ventilé. Industrade présente de son côté plusieurs solutions visant à améliorer et tracer les conditions d'anesthésie dans les abattoirs.

Ce respect du vivant et de la matière première se poursuit dans les étapes de transformation. Les procédés évoluent pour assurer une préservation maximale de la qualité originelle des produits. Le goût, la couleur ou la texture sont moins altérés. Ainsi, la technologie de pulvérisation électrostatique présentée par Spraying Systems garantit un séchage à basse température, ce qui évite l'altération des ingrédients actifs. Linde offre un autre exemple avec son procédé de surgélation Cryo-Pulsion qui combine les bénéfices de l'azote à l'état liquide et gazeux. Non seulement le produit conserve plus longtemps ses propriétés organoleptiques. En prime, cette innovation ouvre la voie à des développements produits, car elle apporte des propriétés inédites d'onctuosité.

Plus d'hygiène, moins d'eau et d'énergies

Pour éviter la dénaturation microbiologique des aliments et les contaminations croisées, la conception hygiénique est un pré-requis indispensable. D'où le rôle clef des préconisations de l'EHEDG, aux côtés des obligations réglementaires européennes et américaines. L'accessibilité à l'ensemble des pièces sensibles est améliorée, pour une maintenance plus rapide et un nettoyage plus efficace. Pour le nettoyage en place des transporteurs à vis flexible, Solufood a développé un système utilisant le brossage, le soufflage et l'aspiration. Dans le même temps, les composants mécaniques et électroniques se déclinent dans des versions résistantes à l'eau sous pression et aux agents de nettoyage. Stephan a par exemple doté sa nouvelle machine d'affinage et de dispersion d'une armoire électrique IP65.

L'exigence de la conception se traduit par une moindre consommation d'eau, à laquelle s'ajoutent des efforts quant à la performance énergétique pour une réduction significative de l'impact environnemental. Handtmann illustre cette tendance avec ses nouveaux poussoirs qui bénéficient d'un moteur brushless spécifique et qui ont été récompensées par l'organisme certificateur allemand Tüv pour leur performance énergétique.


LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois