L’Ademe lance la seconde édition de son appel à projets « Green Go » qui vise à accompagner le développement de bonnes pratiques de performance environnementale et d'écoconception dans les filières agroalimentaires.

Procédés

Un nouvel appel à projets pour améliorer la performance environnementale

24 février 2020 - Stéphanie PERRAUT

L’Ademe lance la seconde édition de son appel à projets « Green Go » qui vise à accompagner le développement de bonnes pratiques de performance environnementale et d'écoconception dans les filières agroalimentaires.

En 2017, une étude réalisée par Evea Conseil et Xavier Joly pour le compte de l’Ademe a permis d’identifier les leviers et les freins au développement de l’écoconception dans les filières alimentaires. Elle a mis en évidence l’intérêt mais aussi le manque de maturité des acteurs sur la thématique, ainsi que leur difficulté à structurer leurs actions et à engager des projets ambitieux. Pour accompagner ces évolutions, l’Ademe a lancé l’année suivante le programme d’accompagnement « Green Go ». Une dizaine de projets pilotes ont déjà été soutenus parmi lesquels ceux de l’association de producteurs de fruits et légumes « Demain la Terre », de Cristal Union ou du groupe D’Aucy. L’objectif est d’atteindre une trentaine de projets d’ici 2020.

Pour y parvenir, l’Ademe lance un nouvel appel à projets qui s’adresse en priorité aux porteurs de labels de qualité ainsi qu'aux marques nationales, régionales et de distributeurs. Les organisations qui désirent s’engager dans la démarche doivent disposer de leviers d’action structurants (outils de transformation, cahier des charges, contrats, marques, etc.) qui permettent d’agir sur la performance environnementale des produits et/ou sur les pratiques des acteurs des filières.

Priorité aux projets collectifs

Les projets avec une dimension collective et/ou portés par un acteur « tête de réseau » (interprofession, structure porteuse d’une démarche filière, organisme de défense et de gestion, structure coopérative…) seront financés en priorité. 
Les enjeux suivants devront être abordés : 

  • Construction de la performance environnementale sur la chaîne de valeur : identification et mise en oeuvre de bonnes pratiques, depuis l’amont jusqu’à la commercialisation : évolution des pratiques agricoles, matières premières utilisées, process, recette…
  • Objectivation de la performance environnementale : utilisation d’indicateurs de type ACV (analyse de cycle de vie) couvrant l’eau, l’air, le sol etc. et d'indicateurs complémentaires si besoin. Les outils Agribalyse (base de données produite par l'Ademe qui permet de connaître l'impact environnemental des produits agricoles) et PEF (Product Environnemental Footprint) seront privilégiés.
  • Couplage entre performance environnementale et valeur ajoutée économique : attentes du marché, positionnement sur la chaîne de valeur, réflexion sur les leviers d’actions techniques et organisationnels au regard du contexte économique et des capacités d’investissement.
  • Mobilisation des acteurs clés : implication de l’équipe de direction et collaboration entre les différents métiers, organisation et stratégie d’innovation. Lien entre les acteurs de l’amont et de l’aval des filières.
  • Communication et transparence : valorisation des démarches de manière cohérente et « transparente ». Lien entre les principaux enjeux et les actions mises en œuvre. Respect des principes de la communication responsable (information pertinente, exacte, non trompeuse, vérifiable).

L’Ademe participera aux comités de pilotage des projets retenus (à raison d’un à deux par an) et pourra apporter des éléments en matière d’écoconception (outils, contacts…) sans toutefois suivre de manière rapprochée chaque projet. 
A titre indicatif, le dimensionnement moyen des projets d’écoconception actuellement financés est le suivant : 
- Durée de 12 à 24 mois.
- Budget global entre 50 et 200 k€, selon l’ambition, le périmètre et les acteurs mobilisés.

Le taux d’aide de l’Ademe pourra atteindre 50 % des dépenses éligibles pour les associations, PME et ETI, et 30 % pour les grandes entreprises. Le budget inclut généralement du temps consacré en interne (chargé de mission, développement d’outils informatiques) et un appui externe via une prestation (quantification de la performance environnementale via l’ACV, animation de la démarche d’écoconception, animation d’ateliers collectifs…). 

L’Ademe encourage les structures intéressées à prendre contact avec elle en amont du dépôt de dossier, afin d’échanger sur l’éligibilité, la structuration et les objectifs de leur projet. Plus d’informations et modalités de participation ici.
 

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois