Les hautes pressions constituent un traitement doux qui préserve les propriétés des aliments (crédit : Wageningen University & Research)

Procédés

Vers un code d'usage pour la transformation des produits bio

6 janvier 2020 - Stéphanie PERRAUT

Le projet européen ProOrg touche à sa fin en 2020. Il a pour objectif d’établir un guide de bonnes pratiques conçu pour aider les transformateurs de la filière bio à choisir des technologies adaptées aux contraintes du secteur et aux attentes des consommateurs.

Comment choisir des procédés de transformation pour des produits bio qui soient en accord avec les attentes qu’ils suscitent ? Cette question est au cœur des préoccupations d’innovation pour les transformateurs de la filière bio. D’autant plus que le marché est en pleine croissance et que la législation européenne limite l’usage des additifs et des auxiliaires technologiques. Pour autant, il n’existe pas encore de cahier des charges apte à guider les industriels dans l’évaluation et le choix des technologies adaptées. Initié en mai 2018, le projet trans-national ProOrg a pour ambition de répondre en deux années à ce besoin. Il est soutenu par l’action ERA-net Core Organic Cofund (qui coordonne au niveau européen les recherches en matière d’alimentation bio) et financé à la fois par les pays participants et l’Union Européenne. 

Des résultats en 2020

Porté par 14 partenaires européens dont l'Actia, l’Inra et l’Itab (Institut technique de l’agriculture biologique) en France, le projet ProOrg a pour objectif de développer un « Code d’usage » pratique et évolutif pour les transformateurs de produits bio ainsi que pour les organismes de labellisation. Le CTCPA est impliqué dans ce projet dans le cadre du RMT Actia Transfobio.
Le guide de bonnes pratiques en construction doit fournir aux transformateurs des stratégies et des outils d’aide à la décision pour choisir des technologies permettant un usage limité d’additifs tout en respectant les principes de l’alimentation bio, à savoir des aliments de qualité avec un faible impact environnemental et une bonne acceptabilité de la part du consommateur. Basé sur une démarche participative et itérative, le projet implique des experts de différents horizons scientifiques, des représentants des transformateurs, des traders, des organisations attribuant le label, d’autres professionnels ainsi que des entreprises individuelles. Le développement du code d’usage s’appuie sur des cas d’études et des enquêtes de marché complétées par des essais scientifiques et des déterminations analytiques. Des études quantitatives et qualitatives ont permis d’identifier les préférences des consommateurs et l’acceptation des différentes technologies.
Les derniers résultats du projet seront présentés lors du salon Biofach 2020 qui se tient à Nuremberg (Allemagne) du 12 au 15 février. 

 

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois