Qualité

Acrylamide : des teneurs élevées dans les biscuits pour les enfants en bas âge

20 février 2017 - Marjolaine Cérou

Les résultats des analyses commandés par la fondation Changing Markets pointent du doigt une teneur élevée en acrylamide dans les biscuits. Trois marques sont ciblées : Nestlé, Picot et Carrefour Baby.

Des teneurs trop élevées en acrylamide dans les biscuits, c'est la conclusion des analyses commandées par Changing Markets. La fondation a mené une campagne sur vingt-cinq produits disponibles sur le marché français et commercialisés à destination des enfants en bas âge. Les échantillons ont été analysés par le laboratoire Fera Science Ltd à York (Royaume-Uni) par chromatographie en phase gazeuse couplée à un spectromètre de masse. D'après les résultats, trois références présentent des teneurs en acrylamide très proches, voire au-dessus des valeurs actuellement tolérées au niveau européen, qui sont pour rappel fixées à 200 µg/kg pour ce type de produits. Les « P'tit biscuits texture croquante et fondante » destinés aux plus de 12 mois de Nestlé affichent ainsi une teneur de 226,1 µg/kg. « Mes 1er biscuits Orange pour les plus de 10 mois de Picot et les « Biscuits Junior aux pépites de chocolat » pour les plus de 18 mois de Carrefour Baby présentent quant à eux des valeurs proches des teneurs limites, avec respectivement 198,3 µg/kg et 192 µg/kg. Sur la chaîne France Info, le p-dg de Nestlé France Richard Girardot a indiqué que des analyses allaient être menées sur les produits. D'après le portail du RASFF, la Croatie et la Hongrie ont retiré de la vente des produits de ce type suite à une teneur élevée en acrylamide.

Si l'acrylamide est redouté dans les produits alimentaires, c'est que ce composé néoformé augmente potentiellement le risque de cancers chez l'Homme. Pour rappel, il apparaît dans les produits alimentaires lors de la réaction de Maillard, suite à l'application de traitements thermiques (> 120 °C) sur les aliments contenant des sucres réducteurs et un acide aminé, l'asparagine. Les industriels peuvent s'appuyer sur la norme EN 16618:2015 pour le plan de contrôle.

Un vote attendu début mars

Comme nous le signalions dans notre numéro de Septembre 2016 (p115), un projet de règlement européen est actuellement en cours de préparation. Celui-ci devrait notamment imposer aux opérateurs la mise en œuvre de bonnes pratiques qui deviendraient obligatoires et documentées. Les valeurs indicatives dans les denrées alimentaires publiées par la Commission européenne en 2011, et mises à jour en 2013 (recommandation 2013/647/EU), devraient également être intégrées. A l'heure actuelle, le sujet de l’acrylamide est toujours en discussion à Bruxelles. Un vote est attendu début mars.

Soulignons également que les industriels français se sont mobilisés de longue date à travers des bonnes pratiques sur l'acrylamide et ont toujours été proactifs sur le sujet. On estime que plus de 50 % de l'acrylamide provient de la préparation des denrées à la maison ou au restaurant.

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois