Alcaloïdes : de nouvelles recommandations pour la berbérine

25 novembre 2019 - Marjolaine Cérou

La gestion des alcaloïdes potentiellement toxiques est une problématique émergente. Sollicitée par la DGCCRF, l’Anses demande aujourd’hui de revoir les recommandations pour la berbérine, extraite de l'épine-vinette et productrice de l’alcaloïde isoquinoléique. La plante est utilisée dans les compléments alimentaires pour la régulation de la glycémie et de la cholestérolémie (bien qu’aucune allégation n’ait été autorisée).  Selon les experts, les conditions d’emploi de la berbérine ne garantissent plus la sécurité du consommateur.

Les données cliniques de la littérature montrent des effets pharmacologiques de la berbérine à partir de 400 mg/jour chez l’adulte, sur les systèmes cardiovasculaire, nerveux, immunitaire ou encore sur le métabolisme. « Cela signifie que la berbérine agit comme un médicament et non plus comme un aliment, à cette dose », concluent les experts. Pour ces derniers, l’examen des données ne permet pas d’exclure que des effets pharmacologiques puissent se produire à des doses inférieures.

L’Agence recommande ainsi de réaliser des études complémentaires afin d’identifier la dose minimale associée à des effets pharmacologiques permettant de définir la réglementation applicable aux produits à base de berbérine. En attendant, elle recommande aux enfants, adolescents, femmes enceintes et allaitantes et à certaines populations à risque d’éviter toute consommation de compléments alimentaires à base de berbérine.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois