Qualité

Améliorer la qualité de la viande bovine par la génétique

20 avril 2015 - Marjolaine Cérou

Le projet Qualvigène s’est intéressé à l’utilisation de nouveaux outils d’analyse du génome pour localiser précisément des zones chromosomiques sous-tendant des critères de qualité de la viande chez trois races bovines.

Comment obtenir une viande « juteuse, tendre et colorée » ? Un programme de recherche commun entre acteurs de la filière bovine et chercheurs de l’Inra s’est concentré sur l’utilisation de nouveaux outils d’analyse du génome pour localiser précisément des zones chromosomiques sous-tendant des critères de qualité de la viande chez trois races bovines Charolaise, Limousine et Blonde d’Aquitaine. L’objectif de Qualvigène : identifier des déterminants, puis sélectionner des animaux porteurs afin d’obtenir une production constante de qualité élevée.

Un projet précurseur

Pour ce faire, ils ont constitué une base de données de phénotypage, rassemblant des échantillons de viandes provenant de plus de 3300 animaux. Trois critères de qualité ont été mesurés en laboratoire (couleur, gras intra-musculaire, force de cisaillement), les qualités sensorielles (tendreté, jutosité, flaveur) ont quant à elles été évaluées par des jurys spécialisés.
Une analyse de variabilité génétique a confirmé l’héritabilité de ces caractères complexes. La plupart de ces caractères présentent un coefficient d’héritabilité entre 0.10 et 0.24 dans les trois races. A l’exception de la race Charolaise où la tendreté et la force de cisaillement ont des coefficients de 0.44 et 0.50 respectivement. Les chercheurs ont ensuite réalisé une première localisation de zones génétiques d’intérêt pour les caractères recherchés.

De nouveaux outils génétiques

Les chercheurs ont montré qu’il n’existe pas de gène majeur sous-tendant ces caractères mais que plusieurs régions du génome interviennent de façon significative. Sur les quatre traits mesurés, ce sont 44, 34 et 64 positions différentes, réparties sur l’ensemble des chromosomes qui ont été identifiées respectivement chez la race Charolaise, Limousine et la Blonde d’Aquitaine. Ces régions sont bien souvent spécifiques à une race. Certaines de ces zones sont situées à proximité de gènes déjà identifiés dans la croissance du muscle comme la myostatine ou dans la tendreté de la viande.

Pour affiner ces résultats, et constituer un ensemble de marqueurs utilisables dans chaque race, des travaux complémentaires sont en cours, en lien avec les projets Gembal, dédié à la sélection génomique des races allaitantes, et 1000 génomes, qui concerne le séquençage des races de viandes bovines.

Le projet Qualvigene réunit depuis 2003 les chercheurs de l’unité UMR GABI, associés à des acteurs de la filière bovine (UNCEIA, Institut de l’Elevage, Gene Diffusion, Midatest, UCATRC).

ELO Emballage - 09 & 10 décembre 2020

ELO EMBALLAGE

Participez aux 1ères rencontres
connectées de l'emballage

09 & 10 décembre 2020

● 7 webconférences thématiques
● Un espace d’exposition

Accès visiteur gratuit sur simple inscription