Environnement

Aqua-tools et Ondeo IS mesurent le stress de la biomasse par ATP-métrie

9 février 2009 - Josselin Moreau

Le pilotage des concentrations d’ATP dans les bassins de traitement permet de disposer d’une alarme efficace pour détecter la dégradation des rendements épuratoires des bactéries

Comment mesurer rapidement la biomasse active présente dans les effluents de station d’épuration ? Aqua-tools et Ondeo IS (Suez Environnement) ont signé un accord de partenariat pour le développement de solutions d’analyses par ATP-métrie de la santé des micro-organismes présents dans les eaux de station d’épuration.

Stress bactérien

Cette technologie qui utilise la bioluminescence est déjà utilisée dans les tours aéroréfrigérantes. Le kit « Quench-Gone » permettait en effet déjà de quantifier la contamination microbiologique, moyennant une étape préliminaire de filtration en seringue qui concentre l’ensemble des bactéries vivantes et élimine l’ATP libre des bactéries mortes.
Sur les effluents et les boues de stations d’épuration, le kit TCB (Total Control Biologique) intègre quant à lui plusieurs étapes de préparation. "D’un côté, on prélève 1 ml d’échantillon que l’on dissout dans un tube à essai : les bactéries sont laissées intactes et l’on peut détecter l’ATP extracellulaire, indique Marc Raymond, directeur d’Aqua-tools. De l’autre côté, on prélève 1 ml de ce même échantillon auquel on ajoute une solution qui lyse les cellules : on peut alors mesurer la quantité totale d’ADN présent dans la solution. » Le calcul du rapport « ATP extracellulaire / ATP total » permet de déterminer la charge massique et le pourcentage de stress de la biomasse. Le résultat des analyses est obtenu en 10 minutes.

Anticiper les accidents

« On considère que le stress microbien est significatif à partir de 35% de bactéries mortes », précise Marc Raymond. « Cette information sur la santé des micro-organismes est précieuse pour assurer la bonne exploitation d’une station d’épuration. Elle permet de comprendre comment les micro-organismes vont réagir en fonction de la pollution, complète Veliana Todorova, responsable développement chez Aqua-tools. Car plusieurs facteurs peuvent impacter sur le rendement épuratoire comme le changement de matières premières dans l’usine, la mise en place de nouvelles procédures de nettoyage. » Les clients industriels peuvent ainsi suivre et adapter la charge massique de leur biomasse, voir investiguer en cas d’accident jusqu’aux molécules responsables du stress microbien.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois